S’informer sur les cyanobactéries

Présentation

Les cyanobactéries (appelées aussi cyanophycées ou algues bleues) sont des micro-organismes photosynthétiques. Elles contiennent des pigments qui leur donnent une coloration généralement bleue verte et qui donnent au cours d’eau une couleur très inhabituelle.

Les cyanobactéries se développent naturellement dans les eaux douces superficielles, stagnantes, peu profondes et riches en nutriments mais peuvent proliférer de façon soudaine, lorsque les conditions de température et d’ensoleillement leur sont favorables.

Certaines espèces peuvent produire et libérer des toxines à l’origine de risques sanitaires chez l’homme et certains animaux (irritations et rougeurs de la peau, des yeux et des muqueuses, et en cas d’ingestion : maux de ventre diarrhées, nausées, vomissements). Les toxines issues des cyanobactéries pouvant rester présentes jusqu’à trois semaines après la disparition des algues.

Démarches

Les conditions estivales peuvent favoriser leur développement. En cas de forte prolifération de cyanobactéries dans l’eau, il faut être prudent en évitant le contact avec l’eau.

D’une manière générale :

  • Eviter tout contact direct avec l’eau dans les zones de proliférations de cyanobactéries et éloigner les enfants
  • Prendre une douche soignée après une immersion accidentelle
  • Eviter de consommer des poissons pêchés dans les zones concernées par la prolifération de cyanobactéries
  • Signaler toute mortalité d’animaux sauvages
  • Eviter d’y laisser boire ou se baigner votre animal domestique, consulter un vétérinaire en cas de comportement inhabituel
  • Si vous développez des symptômes anormaux après une baignade ou des activités nautiques, les signaler sans tarder auprès de la mairie, consultez votre médecin ou contactez les services d’urgence (112).

Nos réponses à vos questions

Sur le bassin de la Sèvre nantaise, les services de l’État (Agence régionale de santé, directions départementales de protection des populations) ont été interrogés sur cette question et aucune intoxication ou mortalité d’animaux domestiques n’a été relayé pendant l’été 2018. Par contre sur la Loire, plusieurs cas ont été évoqués en 2017.  Des cyanobactéries se développant sur les rochers et cailloux de fond de rivières ont été identifiées, il semble que les chiens ont une appétence particulière pour ces dépôts noirâtres (cyanobactéries benthiques et non planctoniques dans ce cas précis).

Certaines espèces de cyanobactéries (environ 200) sont capables de produire des toxines.  Les voies d’exposition sont principalement l’ingestion ou encore le contact cutané, ce qui est rendu possible lors d’activités nautiques. Les maux provoqués en cas de toxines libérées par les cyanobactéries dans l’eau sont variés : vomissements, nausées, douleurs musculaires, gastro-entérites, dermatoses, irritation des voies respiratoires supérieures, maux de têtes, étourdissements, etc.

Les jeunes enfants représentent un public plus particulièrement sensible.

Deux axes d’actions possibles et complémentaires :

  • réduire les intrants favorisant ces phénomènes (phosphore , azote)
  • limiter les conditions de réchauffement de l’eau.

Dans le cadre de la mise en œuvre du SAGE Sèvre nantaise, plusieurs types d’actions qui visent la restauration du bon état des eaux, peuvent ainsi contribuer à la réduction du développement des cyanobactéries :

– l’accompagnement des exploitants agricoles dans des systèmes plus économes en intrants;

– la lutte contre le transfert du phosphore vers les cours d’eau au travers d’actions d’aménagement de l’espace : création de zones humides tampon, restauration des petits cours d’eau de tête de bassin versant, plantations de haies en rupture de pente, ripisylve en bordure de cours d’eau…

– la diversification des écoulements et le retour à des eaux plus courantes en hautes eaux et en basses eaux ;

– l’identification et l’intervention sur les systèmes d’assainissement impactant la qualité des eaux.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×