Trentemoult-les Isles

Quatre îles : Haute-Île, Basse-Île, Trentemoult et Norkiouse. Haute-Île fût longtemps le domicile préféré des ouvriers qui frappaient la monnaie à Nantes. Trentemoult, celui des pêcheurs de Loire et des marins au long-cours dont les fameux cap-horniers.

Ces îles furent un haut-lieu de la construction de bateaux en bois. D’où les Régates de septembre, plus que centenaires. La réputation des chantiers Bézier, Lebeaupin, Aubin… était connue de loin. Le village entier était tourné vers la navigation : il est le seul de la région nantaise à disposer d’un monument à la mémoire des marins. La création, début des années 1980, du port de Trentemoult était une volonté de poursuivre cette vocation.

Dans les années 1980, la mémoire du village est réveillée par un enfant du pays, Jean-Loup Hubert, avec « La Reine blanche ». Du nom d’un char présentant à la mi-carême de Nantes, une reine métisse, ce qui fit scandale. Trentemoult était aussi un village de carnavaliers et de guinguettes où venaient se distraire les Nantais traversant la Loire en Roquios. La remise en service d’un transport fluvial de voyageurs (navibus) sauvegarde cette originalité.

Trentemoult-les Isles, c’est aussi un quartier d’aujourd’hui avec ses manifestations artistiques, son immeuble des Cap-horniers construit par Dominique Perrault, ses logements sociaux à Norkiouse à l’architecture si remarquable en bord de Loire. Sans oublier le Pendule de Roman Signer, installé lors d’Estuaire 2009.

Vers Haute-Île, l’Hôpital privé du Confluent (ex-Nouvelles cliniques nantaises) a marqué le début de la transformation d’une partie du quartier. A suivi l’Ilot Confluent avec ses logements et commerces. D’ici quelques années, la zone d’aménagement concerté (ZAC) Pirmil-les Isles, qui englobe les abattoirs, offrira encore de nouvelles perspectives au quartier.

En savoir plus
Le quartier de Trentemoult-les Isles comprend : Trentemoult, Basse-Île, Haute-Île, Norkiouse et Atout-Sud.
Il compte 1 945 habitants (données de l’Agence d’urbanisme de la région nantaise pour l’année 2011).

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×