Signaler et prévenir la présence du moustique tigre

Présentation

Depuis 2004, le moustique Aedes albopictus (dit moustique tigre) est de plus en plus présent sur le territoire métropolitain. Au 1er janvier 2021, quatre départements et huit communes de la région Pays de la Loire sont colonisés :

  • en Loire-Atlantique : Le Pellerin et Saint-Sébastien-sur-Loire depuis 2019,
  • en Maine-et-Loire : Trélazé depuis 2017, Bellevigne-les-Châteaux depuis 2018 et Les Garennes-sur-Loire depuis 2020,
  • en Mayenne : Château-Gontier-sur-Mayenne depuis 2020,
  • en Vendée : Fontenay-le-Comte depuis 2015 et Sainte-Hermine depuis 2019.

Démarches

Pour limiter le risque d’importation et de dissémination des maladies dites vectorielles transmises par des moustiques, le ministère chargé de la santé a mis en place un dispositif de surveillance. L’ARS des Pays de la Loire, en lien avec les préfets et les collectivités locales, organise la mise en œuvre de ce dispositif dans notre région.

L’ARS Pays de la Loire, comme le prévoit la réglementation, a délégué cette surveillance à un opérateur habilité : le laboratoire INOVALYS. INOVALYS intervient directement en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe. Son sous-traitant, le laboratoire de l’environnement et de l’alimentation de la Vendée (LEAV) intervient en Vendée.

Cette surveillance, active du 1er mai au 30 novembre, repose en partie sur la mise en place de pièges pondoirs. Disposés en différents points urbanisés du territoire, ils sont observés régulièrement afin de détecter l’implantation d’Aedes albopictus, ou de surveiller son extension.

La lutte antivectorielle repose également sur le recueil de signalements citoyens via un portail de signalement (http://www.siqnalement-moustique.fr). Ce dispositif de signalement par le public de tout moustique suspect permet une veille citoyenne efficace qui constitue un levier de surveillance essentiel pour la détection d’Aedes albopictus.

Des gestes simples (élimination des eaux stagnantes dans les soucoupes, vases, seaux, entretien des jardins, vérification du bon écoulement des eaux de pluie…) peuvent en limiter sa propagation.