Les Ehpads Mauperthuis et Plancher regroupés à l’horizon 2030

Les Ehpads Mauperthuis et Plancher seront regroupés sur un seul site : celui de Mauperthuis qui sera reconstruit et agrandi. La Ville cèdera fin juin le foncier au bailleur Atlantique Habitations.

« Le regroupement des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Mauperthuis et Plancher est un projet structurant pour la prise en charge de nos aînés », annonce la maire, Agnès Bourgeais. Ces deux établissements, appartenant à la Ville et gérés par l’association Les Mahaudières – Initiatives solidaires (Amis), ne feront plus qu’un à l’horizon 2030.

Le regroupement des Ehpads Mauperthuis et Plancher est, pour l’équipe municipale, un projet d’envergure et déterminant pour l’avenir de nos aînés. La question de la fin de vie est depuis trop longtemps négligée. Ce nouvel équipement devra permettre de répondre aux enjeux sociétaux d’aujourd’hui et de demain pour que l’accueil des personnes en Ehpad ne constitue plus une rupture dans les habitudes de vie. Les futurs bâtiments, construit l’un après l’autre, garantiront une offre multiple : un site d’accueil de jour, un tiers-lieu de prévention à la santé et à la vie sociale, un espace de soutien aux aidants, une offre en résidence autonomie et une offre d’hébergement temporaire ou permanent en EHPAD structuré désormais en unités de vie adaptés à chaque profil de dépendance. Partout, les projets de logements médicalisés prennent beaucoup de retard et nous savons déjà que la prochaine décennie ne suffira pas à répondre à la demande. Dès lors, il est important que les collectivités soutiennent cette dynamique dans l’objectif d’offrir à des seniors des solutions de qualité et accessibles financièrement.

Agnès Bourgeais, maire de Rezé
Agnès Bourgeais, maire de Rezé, avec Philippe Audubert, adjoint en charge des personnes âgées et de la santé

Ce n’est pas seulement une reconstruction, mais un projet qui permettra de réinventer la vie au sein des Ehpads. Le nouvel établissement sera ouvert sur le parc des Mahaudières et sur le quartier Château, un lieu de vie sera créé. Ce nouveau projet s’intègre dans notre démarche d’amélioration des conditions de vie des seniors, en agissant notamment sur leur parcours résidentiel.

Philippe Audubert, adjoint en charge des personnes âgées et de la santé

Reconstruction et agrandissement

« Depuis quatre ans, la municipalité et l’association Amis travaillent sur ce projet complexe pour lequel il fallait trouver le meilleur espace pour accueillir les 174 résidents », explique Philippe Audubert, adjoint en charge des personnes âgées et de la santé. Ce qui a été décidé : la démolition de l’Ehpad Mauperthuis situé 20, rue Etienne-Lemerle, et la reconstruction sur le même site d’un nouveau bâtiment plus grand qui accueillera les résidents des deux Ehpads, Mauperthuis et Plancher. « Les bâtis sont anciens (1969 et 1989) et ne sont plus adaptés aux usages actuels, ajoute Alain Guiné, président de l’association Amis. Même en procédant à des travaux, nous aurions été obligés de tout refaire dans quinze ans. Reconstruire sur le même site nous permet de garder la proximité avec le quartier Château et le parc des Mahaudières. »

Prochaine étape : la cession du foncier

Le projet avait été adopté au conseil municipal en septembre 2023. À la prochaine séance, le 26 juin 2024, les élus municipaux auront à acter la cession du foncier appartenant à la Ville au profit d’Atlantique Habitations. Le bailleur social sera le maître d’ouvrage sur le projet. Montant de la cession : un million d’euros. « Une somme inférieure à l’évaluation qui avait été faite du foncier (3,9 millions d’euros), souligne Philippe Audubert. Car nous souhaitons éviter que le coût global des travaux, estimés à 37,5 millions d’euros, soit répercuté sur le prix à la journée pour les résidents. Le tarif journalier devrait ainsi s’établir autour de 70€, contre 65€ aujourd’hui, ce qui reste bien en deçà des prix moyens dans les établissements rénovés du département. »

En plus : une résidence autonomie

Dans le nouveau bâtiment, les 174 résidents seront répartis dans des petites unités de vie. Chacune comprendra un espace pour la restauration, les animations ou encore les soins, pour plus de proximité. Une unité protégée pour les résidents atteints de la maladie d’Alzheimer sera toujours présente, tout comme l’accueil de jour. La nouveauté : une résidence autonomie de 36 logements prendra place tout en haut du bâtiment. « Un habitat à mi-chemin entre l’Ehpad et la résidence-services que nous pouvons ouvrir grâce à un appel d’offres remporté en 2018 auprès du Département », explique Alain Guiné. Le nouveau bâtiment comprendra également un tiers-lieu au rez-de-chaussée « pour ouvrir l’Ehpad sur le quartier et la ville, et ainsi combattre l’isolement des personnes âgées. Une mini-crèche avec des horaires atypiques pourrait également être créée afin de faciliter le recrutement de personnel. »

 

Alain Guiné, président de l’association Les Mahaudières – Initiatives solidaires (Amis)

Travaux en plusieurs phases

« C’est un projet innovant qui met l’humain au cœur. Un projet qualitatif que nous avons travaillé ensemble », souligne la maire, Agnès Bourgeais. « Fonctionnel, le bâtiment sera en effet adapté aux besoins à la fois des résidents, des familles, et des salariés, ajoute Chantal Harte, chargée d’innovation et de développement à Atlantique Habitations. Il sera accueillant, lumineux et performant sur le plan environnemental. »
Le chantier se déroulera en plusieurs phases : un premier bâtiment neuf jouxtant Mauperthuis sera construit. Les résidents de l’Ehpad y emménageront en 2028 et le bâtiment actuel sera ensuite démoli. En lieu et place, un deuxième bâtiment sera construit pour accueillir les résidents de Plancher en 2030.

« Rezé ville amie des aînés »

« Ce projet s’inscrit de manière plus globale dans la démarche « Ville amie des aînés », rappelle Philippe Audubert. Il constitue l’une des réponses à l’accueil des plus de 75 ans. » Ils représentent aujourd’hui 10,6 % de la population à Rezé (contre 8,1 % dans la métropole nantaise). « Cette part va augmenter significativement dans les 10 à 15 ans à venir. D’où l’importance pour la collectivité de soutenir ce projet de qualité qui va améliorer les conditions de vie des seniors tout en restant accessibles financièrement. »

En chiffres

Calendrier prévisionnel

  • Juin 2024 : cession du foncier soumise au vote en conseil municipal
  • Fin 2025 : dépôt du permis de construire
  • 2026 : lancement des travaux de la première phase
  • 2028 : fin des travaux de la première phase
  • 2029 : démolition du bâtiment Mauperthuis actuel et lancement des travaux de la deuxième phase
  • 2030 : fin des travaux de la deuxième phase