Les loisirs et la vie associative pour l’épanouissement de chacun

La vie associative rezéenne est particulière et constitutive de l’histoire de la ville, portée souvent de concert par les acteurs du territoire et la collectivité. Les activités sportives, culturelles et plus globalement toute la vie associative contribuent fortement au lien social et de proximité. Sans renier cette logique historique, les élus ont une volonté de renouvellement de ce bouillonnement associatif tout en tenant compte des contraintes financières, des évolutions techniques, des transferts de compétences entre collectivités et intercommunalité et de l’impossibilité d’un développement tous azimuts. Comment, dans ces conditions, développer une politique d’animation de territoire qui reste singulière ?


La politique associative doit tenir compte des évolutions du territoire, Rezé connaissant une mutation sociologique (croissance et renouvellement important de population, croissance de la part des familles monoparentales, des personnes seules et des couples sans enfants, vieillissement de la population). Elle s’inscrit également dans un environnement métropolitain évolutif, qui favorise les transferts à Nantes Métropole, de la gestion d’équipements ou de structures. Cette politique doit aussi prendre en compte les nouvelles approches des politiques publiques, qui renforcent les transversalités et la participation des citoyens. Enfin, le contexte financier impose la sobriété et oblige à prioriser les actions dans le temps ou de renoncer à certaines.

1Redéfinir les modalités et le règlement dintervention auprès de lensemble des associations quel que soit leur champ d’activité

Privilégier notamment une logique de contrat d’objectifs et de moyens plutôt qu’une approche de partenariat. Les modes d’attribution des créneaux des équipements aux associations sont également à revoir.

2Développer des projets dans le secteur culturel

  • Faire rayonner le projet musical autour de la voix sur le territoire métropolitain.
  • Développer un projet de lecture publique ouvert et en lien avec le territoire : faire de la bibliothèque, « un lieu de fabrique citoyenne ».
  • Valoriser et partager une histoire et un patrimoine vecteurs d’une identité collective.
  • Soutenir le dynamisme et la diversité culturels.
  • Développer un projet d’éducation artistique et musicale.

3Innover dans la proximité et les services proposés

Tenir compte des besoins nouveaux, des nouvelles technologies, mais aussi des contraintes budgétaires. L’objectif est de créer de la proximité et d’imaginer de nouveaux services sous l’angle de la dématérialisation en s’appuyant sur les associations, à moyens quasi constants.

4Mutualiser les moyens

Mieux articuler les relations entre la Ville et la Métropole sur la mutualisation des équipements et des moyens, la prospective et la programmation des besoins, en respectant le principe de subsidiarité. Cette clarification doit toucher aussi bien la politique patrimoniale (Ciap, archéologie), que les équipements sportifs (salle métropolitaine, patinoire).

5Développer le pôle ressource

Conforter le rôle de la Ville en tant que pôle ressource transversal auprès des associations et interlocutrice des associations de tous les secteurs.

6Collaborer avec les centres socioculturels (CSC)

Accompagner les centres socioculturels dans l’élaboration de leur nouveau projet social et rédiger avec eux les conventions qui en découlent.

Vie sportive :

  • rénovation de la piscine Victor-Jara assortie d’un projet d’établissement ambitieux (nouvelles animations et développement des activités ludiques),
  • réfection et extension du boulodrome de Ragon,
  • développement des propositions sportives et culturelles pour les 8-15 ans lors des vacances scolaires « Carrément sport et culture », « Carrément glace »,
  • soutien des actions de sponsoring pour l’implantation d’équipements sportifs de proximité, tel que le club house de l’ASBR rugby à la Robinière ou le bloc d’escalade au gymnase Cités-Unies,
  • poursuite de l’effort d’amélioration des équipements sportifs,
  • soutien aux clubs sportifs via la mise à disposition d’équipements et l’octroi de subventions,
  • étude d’un projet de réalisation de skate-park,
  • étude pour la reconversion de la Halle de la Trocardière en équipement sportif.

Vie culturelle :

  • création d’un établissement public de coopération culturelle (EPCC), La Soufflerie, pour développer un projet autour des musiques et des voix dans différents lieux culturels de la ville : l’Auditorium, le théâtre municipal et la Barakason,
  • lancement d’une étude pour la construction d’un projet en faveur des arts visuels,
  • accompagnement partenarial du projet artistique et culturel Transfert sur l’ancien site des abattoirs,
  • soutien renforcé aux politiques et établissements culturels (la médiathèque Diderot, l’école municipale de musique et de danse et la Soufflerie) dans le cadre du pacte culturel conclu avec l’État,
  • projet de mise en place d’une galerie numérique au sein de la médiathèque Diderot,
  • nouvelle offre culturelle pendant les vacances scolaires : stages de pratiques culturelles, animations lecture publique hors les murs et aussi « Carrément sport et culture »,
  • mise en place de temps forts autour de la laïcité,
  • poursuite de la collecte et de la valorisation des mémoires sociales de Rezé.

Vie associative :

  • création d’un pôle associatif à la Classerie avec un aménagement paysager, des salles dédiées et des espaces mutualisés pour faciliter les projets collaboratifs des associations,
  • soutien renforcé aux grandes fêtes associatives de quartier,
  • organisation d’un événement festif et culturel pour la Fête nationale sur le site du Chronographe depuis 2017,
  • mise en place d’un pacte de coopération avec les quatre centres socioculturels,
  • soutien aux amicales laïques.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×