Conseil municipal du 28 juin 2018 : des logements pour tous

Permettre à tous ceux qui le souhaitent de pouvoir se loger à Rezé et plus largement dans la métropole. C’est tout l’enjeu du Programme local de l’habitat (PLH). Au conseil municipal de juin, les élus rezéens ont rendu leur avis sur les nouvelles orientations définies pour la période 2019-2025.

Programme local de l’habitat révisé

« La métropole nantaise est attractive pour les salariés, les familles, les aînés, les gens modestes, les gens aisés. Rezé participe de plus en plus à cette attractivité, énonce le maire, Gérard Allard, lors du conseil municipal du 28 juin. On ne peut que s’en réjouir. C’est le signe d’une métropole en mouvement, ouverte et active. » Pour répondre aux besoins de chacun en matière de logement, la Métropole a révisé son Programme local de l’habitat (PLH). Un travail mené avec les 24 communes de l’agglomération.

6 000 logements neufs par an
Parmi les objectifs : la construction de 6 000 logements chaque année dans la métropole. Dont 2 000 logements sociaux. « À Rezé, nous maintenons nos objectifs, soit 320 à 332 nouvelles habitations par an dont 112 à 116 logements sociaux », précise Véronique Charbonnier, adjointe au maire en charge du logement, avant de rappeler que « les zones pavillonnaires seront protégées ».

Rénovation énergétique et mixité sociale
Autre ambition : améliorer les performances énergétiques des logements existants. 1 500 habitations du parc social sont concernées. 700 logements en copropriété aussi. « La mixité sociale sera par ailleurs favorisée, ajoute Véronique Charbonnier. Tout comme les parcours résidentiels pour permettre aux habitants d’accéder un autre logement plus adapté à leur besoin. »

Diversifier l’offre
Du studio à la maison individuelle. Le Programme local de l’habitat s’attache aussi à diversifier les types d’habitat. Et à offrir des logements adaptés en fonction des publics : les jeunes, les seniors ou les personnes en situation de handicap. « Chacun doit trouver sa place en ville. À Rezé, nous innoverons en développant une nouvelle forme d’habitat atypique : les « tiny house », des maisons sur roulettes. », ajoute le maire.

Programme local de l’habitat : réactions des élus
Les élus écologistes décrivent « un Programme local de l’habitat qui fait la part belle à la transition énergétique ». Les élus de la droite et du centre dénoncent « une sur-densification qui ne répond pas aux attentes des citoyens ». Les communistes se disent satisfaits du Programme local de l’habitat qui apporte « une réponse à la fois quantitative et qualitative aux besoins des habitants et futurs habitants ». Rezé à gauche toute ! estime qu’il faut « aller plus loin que l’objectif fixé de 25% de logements sociaux ». En écho à la loi Elan   par les députés le 12 juin dernier, le groupe socialiste et divers gauche dénonce « le désengagement des pouvoirs publics qui risque de fragiliser les plus modestes et mettre en danger le modèle du logement social ». Le maire rappelle que « la Ville s’est battue pour répondre aux besoins de logements sociaux et continuera à se battre ». Les dix élus de l’opposition votent contre l’avis remis par la Ville.

La Halle de la Trocardière deviendra un équipement sportif mais à usage multiple. Les élus ont voté la requalification de l’équipement municipal.  Les travaux démarreront en mars 2019.

Changement de cap
En juillet, la Ville reprend la gestion de la Halle de la Trocardière, confiée jusqu’alors à l’entreprise  Nantes Gestion Equipements (NGE). L’appel d’offre lancé pour renouveler la délégation de service public s’est révélé infructueux. « Nous saisissons cette opportunité pour transformer l’équipement en salle de sport ouverte aux clubs rezéens, indique le maire, Gérard Allard. « La Halle de la Trocardière continuera néanmoins d’accueillir le forum des associations, le repas des seniors ou encore le salon Natura », assure l’élu.

Travaux en 2019
Des travaux seront réalisés du 15 mars au 1er septembre 2019. « Pour permettre aux clubs sportifs d’utiliser l’équipement à la rentrée l’an prochain, explique Christian Brochard, premier adjoint au maire, en charge des affaires juridiques. D’ici là, la Halle de la Trocardière pourra être mise à disposition auprès d’associations et d’entreprises. La reconversion sportive de l’équipement a fait l’unanimité chez les élus.


Coopération avec Abu Dis
En visite officielle à Rezé, le maire de la commune palestinienne Abu Dis était présent à l’ouverture du conseil municipal. Pour officialiser la signature d’une convention de trois ans entre les deux villes. Depuis dix ans, Rezé apporte son soutien à Abu Dis. Une coopération qui a permis la création d’un centre socioculturel et de venir en aide aux habitants en matière de santé avec la contribution de la Ville de Nantes. Le maire d’Abu Dis a salué « un soutien politique et économique important pour combattre l’injustice ».

En savoir plus sur la coopération avec Abu Dis

Un nouveau multiaccueil en 2019
Un multiaccueil de 42 places va être construit au Chêne-Gala, à l’angle des rues des Couteaux et Jean-Baptiste-Vigier.  Un nouvel établissement visant à remplacer deux équipements vieillissants (Enfantine bleue et Pirouette galipette) et à améliorer l’offre d’accueil des jeunes enfants à Rezé. Quinze places supplémentaires seront proposées et l’amplitude horaire élargie. Le bâtiment sera conçu en modulaire bois. « Afin de répondre à nos exigences en termes de coût, de délais et sur le plan environnemental », explique Didier Quéraud, conseiller municipal en charge des bâtiments communaux. Démarrage des travaux prévu en février pour une ouverture en septembre 2019. La construction du multi-accueil est évaluée à 1,4 million d’euros.

Langue bretonne
La Ville de Rezé va adhérer à une charte pour le développement de la langue bretonne. Une démarche déjà opérée par 199 communes situées en Bretagne et Pays de la Loire. Des actions seront mises en place à Rezé pour diffuser la connaissance de la langue bretonne, comme par exemple l’installation de panneaux bilingues aux entrées et sorties de ville ou encore la mise à disposition d’un fonds d’ouvrages en breton à la médiathèque Diderot. L’élu rezéen Yann Quémeneur (Union démocratique bretonne) s’est dit « fier de faire partie d’une assemblée ouverte sur la diversité et la solidarité, qui a décidé de sauver une langue en péril ».

Accessibilité pour personnes handicapées : du très concret
Le rapport 2017 de la Commission communale pour l’accessibilité des personnes handicapées a été présenté au conseil municipal. « Une année marquée par des événements nouveaux, souligne Sylvie Le Blan, adjointe au maire en charge du handicap. Une trentaine de travailleurs handicapés ont participé à une simulation de vote à l’approche de l’élection présidentielle. Certains articles du Rezé Mensuel sont traduits en langage Facile à lire et à comprendre. » Autre nouveauté : la mise à disposition d’une salle pour l’association Voir avec les mains qui propose du Torball, un sport adapté pour les malvoyants. La Ville emploie par ailleurs 61 agents en situation de handicap, un chiffre en constante augmentation.

Travaux au boulodrome
La Ville financera un tiers du projet de rénovation de trois des quatre pistes du boulodrome René- Figureau. Des travaux sollicités par l’amicale La Ragonnaise afin de proposer des animations à un public plus large, notamment aux jeunes et aux personnes en situation de handicap.

Six nouvelles toilettes publiques
Six sites seront équipés de nouveaux sanitaires publics. Sont concernés : le parking de la Barbonnerie aux prairies de Sèvre, la promenade de la Jaguère (à proximité de la Halle de la Trocardière), le parking du stade Léo-Lagrange, la place Salengro (près de l’église Saint-Paul), la place des Filets et le port de plaisance à Trentemoult. Les équipements – des toilettes écolos à lombricompostage – seront installés début 2019 pour être en service aux beaux jours. Coût estimé : 250 000 euros.

Travaux à la maternelle Le Corbusier
L’école maternelle située au sommet de la Maison radieuse va bénéficier de travaux de rénovation pour améliorer l’étanchéité de la toiture et des façades. « Une opération complexe car le bâtiment est classé au patrimoine du 20e siècle », précise Didier Quéraud, conseiller municipal en charge des bâtiments communaux.  Une enveloppe de 375 000 euros est allouée au projet.

Transfert à Rezé
La Ville renforce ses liens avec l’association Pick-Up Production, à l’origine de Transfert, la zone libre d’art et de culture installée pour cinq ans sur le site des anciens abattoirs.  Une subvention de 30 000 euros par an sera versée à l’association pour développer des projets en lien avec les acteurs rezéens. Les élus de la droite et du centre ont voté contre, ceux de Rezé à gauche toute ! se sont abstenus.

Vœu pour la gare
Les élus ont formulé un vœu commun : celui  de « maintenir les services publics de proximité, notamment le guichet d’accueil de la gare de Rezé-Pont-Rousseau ». Ils interpellent l’État et la Région et appellent les directions de la SNCF (Société nationale des chemins de fer français), de RFF (Réseau ferré de France) et de Gares et connexions à ne pas supprimer les services aujourd’hui offerts par la gare.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×