Conseil municipal du 20 décembre 2018 : 45 actions pour les seniors

Au conseil municipal du 20 décembre 2018, les élus ont voté à l’unanimité un plan de 45 actions pour améliorer le quotidien des seniors et préparer la ville au vieillissement de la population.

BIEN VIEILLIR À REZÉ

D’avril à juillet 2018, la Ville a ouvert une grande concertation pour évoquer, avec les plus de 60 ans, tout ce qui touche à leur quotidien. Plus de 250 personnes y ont participé : des habitants, des associations et des professionnels. Les éléments recueillis ont alimenté la réflexion des élus. Le 20 décembre, ils ont approuvé, à l’unanimité, un plan de 45 actions en faveur des seniors. « Je suis très heureux et fier du travail engagé avec l’aide du réseau « Villes amies des aînés » auquel nous avons adhéré fin 2017, indique le maire, Gérard Allard. Le plan d’actions présenté aujourd’hui témoigne de notre politique seniors afin que les Rezéennes et Rezéens vieillissent bien dans leur ville. »

45 actions sur six ans
Certaines actions visent à améliorer l’information des seniors, à conforter leur place dans la ville, à les accompagner dans leur parcours de vie et dans leur parcours résidentiel. D’autres, à faciliter leurs déplacements, à leur rendre la ville plus accessible, et à aider les plus fragilisés. « Nous consolidons ce qui marche, améliorons ce qui doit l’être et répondons au mieux à l’évolution des besoins et attentes des seniors de notre ville », indique Véronique Charbonnier, adjointe au maire en charge des seniors. 45 actions concrètes seront mises en œuvre sur six ans, avec le concours de partenaires. Plus d’une dizaine dès 2019.

Réactions
Les élus de la droite et du centre évoquent « un plan d’actions rempli de bonnes intentions qui peuvent faciliter à long terme la vie de nos aînés » mais regrettent que « le réaménagement des trottoirs et la sécurité à domicile n’y soient pas prioritaires ». Les élus de Rezé à gauche toute ! « approuvent le plan d’actions dans ses grandes lignes » mais se disent « inquiets par rapport à la création du groupement de coopération médico-sociale (conseil municipal du 30 mars) et ses conséquences sur l’accès au service d’aide à domicile ». Véronique Charbonnier rappelle qu’« a été trouvée une solution innovante pour justement sauvegarder ce service ».

Voir l’ensemble des actions du plan d’actions seniors

 

Les élus rezéens ont rejeté en bloc le nouveau plan de gêne sonore (PGS) de l’aéroport de Nantes-Atlantique. Motif invoqué : il ne reflète pas la réalité des nuisances subies au quotidien par des milliers de Rezéens. Une centaine de foyers, situés dans le périmètre du PGS, sont aujourd’hui éligibles à une aide financière de l’État pour insonoriser leur logement. Mais pas ceux résidant à La Houssais, la Classerie, la Jaguère ou encore à Ragon, pourtant exposés quotidiennement aux bruits liés au décollage des avions. « De 100 maisons, l’État est passé à 120 dans le nouveau PGS : c’est ridicule », s’exclame le maire, Gérard Allard. Avis partagé par l’ensemble des élus du conseil municipal qui a émis un avis défavorable au nouveau PGS.

PGS insatisfaisant
Autres évolutions demandées par les élus : une prise en charge des dépenses d’insonorisation à 100% sans plafond de ressources et l’élargissement de la zone tampon, située autour du périmètre. Aujourd’hui, elle est de 50 mètres. Les élus souhaitent la passer à, au moins, 100 mètres. « Le nouveau PGS doit aussi tenir compte des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), précise Pierre Quénea, adjoint au maire en charge du développement durable. En octobre dernier, elle a fixé à 45 décibels le seuil au-delà duquel il y a des effets néfastes sur la santé ; ce qui relèverait le nombre de Rezéens concernés. »

Solutions à trouver
« Les habitants sont de plus en plus exposés », souligne le maire. Nantes-Atlantique affiche la meilleure progression parmi les grands aéroports français. La barre des six millions de passagers a été franchie en 2018. « Nous allons nous battre pour la protection et la santé des habitants, assure Gérard Allard. Ici, à Rezé, mais aussi avec les maires des communes du Sud-Loire. Des propositions communes ont été travaillées. » Parmi elles : l’augmentation du fonds de compensation des nuisances aéroportuaires, la restriction voire l’interdiction des vols de nuit, la mise en réseau des aérodromes de l’ouest pour mieux répartir le trafic.

Réactions
Les élus de la droite et du centre affirment que « le maintien de Nantes-Atlantique est un vrai problème pour la santé publique ». Les écologistes demandent « une meilleure maîtrise du trafic aérien ». Rezé à gauche toute ! réclame « l’interdiction complète des vols de nuit ». Les communistes souhaitent « continuer à débattre pour avoir un positionnement fort et solidaire avec la métropole ». Le maire rappelle « chercher le rassemblement » sur ce point.

Les élus rezéens ont voté à l’unanimité un plan d’actions en faveur des jeunes migrants. « La Ville va au-delà de l’effort déjà consenti sur le territoire avec les dispositifs mis en place par l’État, le Département et les associations spécialisées, explique le maire, Gérard Allard. Face à l’urgence humanitaire, et fidèles à nos valeurs humanistes et de solidarité, nous avons décidé d’agir. » 20 places d’urgence, dans des logements appartenant à la Ville ou à des propriétaires privés, seront ouvertes aux mineurs en attente de régularisation. Orientés par l’association rezéenne Soutien aux migrants isolés de Rezé (SMIR), ces jeunes bénéficieront d’un accompagnement social au quotidien par un organisme professionnel reconnu.

Subventions aux associations de soutien
La Ville va également engager des démarches auprès de l’Éducation nationale pour faciliter l’intégration des jeunes dans des établissements publics. Ou encore avec l’association Support-terre pour leur permettre de pratiquer le football au sein d’un club. Les deux associations mobilisées sur la commune recevront chacune une subvention. 2 000 euros pour Soutien aux migrants isolés de Rezé (SMIR) qui fournit produits alimentaires, vêtements et titres de transports en commun aux jeunes migrants. Et 2 800 euros pour Diyen Latigé qui organise des événements afin de récolter des fonds pour leur scolarisation.

Réactions : élus unanimes pour agir
Les élus écologistes craignent que l’action de Rezé « soit vidée de son sens, si les autres communes ne prennent pas leur part également » et invitent le maire à « amorcer une dynamique collective comme par le passé pour les Roms ». Les communistes « se félicitent de cette avancée significative ». Les élus de la droite et du centre soulignent le caractère « volontaire » de la Ville sur « un sujet aussi impérieux que l’accueil des migrants », mais souhaitent « une gestion à l’échelle de la métropole pour plus d’efficacité ». Rezé à gauche toute ! regrettent « le temps politique trop long alors qu’il y a urgence ». Loïc Chusseau, adjoint au maire en charge des solidarités, rappelle « qu’il a fallu trouver des solutions avec des partenaires » et souligne « l’importance des actions mises en œuvre pour créer les conditions d’obtention de la régularisation pour ces jeunes ».

Métropole attractive
« Notre métropole est innovante, créative, attractive et rayonnante », indique Jean-Claude Lemasson, maire de Saint-Aignan de Grand Lieu, venu présenter le rapport d’activités de Nantes Métropole. « Elle est aussi solidaire et engagée pour la transition écologique et énergétique. » Preuves à l’appui : les nombreux exemples d’actions réalisées ou d’événements survenus en 2017. « La situation financière est bonne », ajoute l’élu. Fait remarquable : le montant des investissements, qui a atteint 328,8 millions d’euros en 2017. « Un niveau sans précédent, souligne Jean-Claude Lemasson, afin de poursuivre le cycle ambitieux du mandat. » À l’échelle du pôle Loire, Sèvre et Vignoble, 10,04 millions d’euros ont été dépensés en investissement et 1,8 million d’euros pour faire fonctionner les services.

Consulter le rapport d’activités 2017 de Nantes Métropole.

Insertion des Roms
La Ville de Rezé a signé une convention avec Nantes Métropole afin de favoriser l’insertion des Roms et mettre un terme aux campements illicites sur le territoire. Rezé dispose de 30 terrains d’insertion temporaires. Elle prendra en charge 25% de leur entretien, l’État 50% et les autres communes de la métropole 25% dans le cadre de la solidarité intercommunale.

Commerces le dimanche
Comme chaque année, les concessionnaires automobiles seront autorisés à ouvrir cinq dimanches en 2019. Le conseil municipal s’est également dit favorable à une ouverture des commerces les dimanches 1er et 15 décembre. Ainsi que le dimanche 22 décembre uniquement pour les commerces de centre-ville.

Maison de la justice et du droit
La Métropole reconduit la convention de financement de la Maison de la justice et du droit du Sud-Loire. En 2017, l’établissement a accueilli plus de 5 000 personnes, dont plus de 1 500 Rezéens. Une fréquentation en hausse. La Maison de la justice et du droit organise des permanences de professionnels (huissiers, avocats, notaires, juristes…) pour apporter une information juridique aux usagers et leur faciliter l’accès au droit.

Composteurs collectifs
Quinze composteurs collectifs sont aujourd’hui en fonctionnement à Rezé, trois autres sont en projet à Olympe-de-Gouge, la Jaguère et à Marion-Cahour. « Plus de 250 foyers rezéens les utilisent, indique Pierre Quénéa, adjoint au maire en charge du développement durable. Cela représente 30 tonnes de biodéchets valorisés en une année. » Pour poursuivre la dynamique enclenchée, la Ville renouvelle son partenariat avec l’association Compostri jusqu’en 2021. Avec trois objectifs : animer le réseau de composteurs collectifs, soutenir les projets dans les écoles, participer aux animations organisées à la Maison du développement durable.

Nouveaux locaux pour la Maison du Port-au-Blé
La Ville a acquis une parcelle de 1 700 m² dans la zone commerciale d’Atout-Sud, à l’emplacement actuel du magasin de vêtements Carla Mode (face à Conforama). L’objectif : y déménager la Maison du Port-au-Blé, aujourd’hui située rue Véga. « Les locaux actuels sont trop petits et leur localisation ne permet pas de toucher un large public », explique Yann Vince, adjoint au maire en charge de l’urbanisme, l’architecture et la construction. Le centre socioculturel Loire-et-Seil a accepté cette proposition de relogement qui présente plusieurs avantages : la localisation, très visible et à proximité de la future ZAC des Isles, la taille du bâtiment (537 m²) ainsi que le parking de 30 places. Montant de l’acquisition : 500 000 euros. La Ville pourrait disposer des locaux dès le mois de mars. Des travaux seront réalisés avant le déménagement de la Maison du Port-au-Blé.

Construction du skate-park
La Ville a acquis gratuitement auprès de la Métropole une parcelle située place Lucien-Le Meut, pour y construire un skate-park. Les travaux démarreront en avril. L’équipement sera opérationnel en septembre 2019. En savoir plus sur le projet.

« Je suis volontaire » reconduit pour les jeunes
Depuis 2017, la Ville apporte une aide financière à des jeunes, âgés de 17 à 25 ans, pour leur permettre de passer leur permis de conduire ou d’accéder à une formation. D’abord expérimenté au Château, le dispositif intitulé « Je suis volontaire » a été étendu à tous les quartiers en 2018. Depuis son lancement, une trentaine de jeunes en ont bénéficié. Un succès tel que le dispositif deviendra pérenne dès 2019. 20 nouveaux jeunes pourront être accompagnés l’an prochain.

Nouveau restaurant au Chêne-Creux
Le restaurant de l’école élémentaire du Chêne-Creux sera agrandi. Des travaux nécessaires pour améliorer le confort des enfants et les conditions de travail des agents. Jusqu’à 200 repas peuvent être servis dans la salle de restauration, devenue trop petite. Les travaux pourraient démarrer début 2020 afin d’être terminés à la rentrée suivante.

Multi-accueil du Chêne-Gala
Dès le mois de janvier, un diagnostic archéologique sera réalisé au Chêne-Gala, à l’emplacement où sera réalisé un multi-accueil petite enfance de 42 places. La construction du nouvel équipement démarrera au 1er trimestre 2019. En savoir plus sur le projet.

 

 

 

 

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×