Conseil municipal du 31 mai 2018 : vers une ville apaisée

On roulera bientôt à 30km/h dans 72% des rues à Rezé. Au conseil municipal du 31 mai, les élus ont suivi les préconisations de la conférence citoyenne. Autre nouveauté : la généralisation de la priorité à droite dans les zones résidentielles. Des mesures visant à construire une ville plus apaisée. Un engagement que les élus ont également rappelé au moment de remettre leurs observations sur le futur Plan de déplacements urbains (PDU).

Ville à 30 : la réponse de la Ville

Le 31 mai, les élus ont rendu réponse à la conférence citoyenne sur la ville à 30 km/h. Depuis septembre, ses 15 membres s’étaient saisis de la question complexe de la réduction de la limitation de vitesse, sollicitant à plusieurs reprises les habitants pour connaître leurs avis. « Un travail considérable et remarquable a été réalisé, souligne le maire, Gérard Allard. La conférence citoyenne a été riche d’auditions, de débats, et de plus de 1500 contributions citoyennes. »  La Ville suivra ses préconisations. Une décision prise quasiment à l’unanimité (une abstention).

72% des rues à 30km/h
Les zones 30 seront étendues : de 41% aujourd’hui, elles passent à 72% du territoire. La priorité à droite deviendra la règle dans les zones résidentielles. La vitesse à 50km/h sera maintenue sur les grands axes, notamment ceux traversés par les transports en commun afin de maintenir leur fréquence. « Un compromis a su être trouvé pour ne pas mettre en difficulté les habitudes de déplacement et leur fluidité tout en améliorant la sécurité pour tous », ajoute le maire.

La route de Pornic à 50km/h
La Ville va plus loin que la conférence citoyenne. Sur la route de Pornic, elle souhaite réduire la vitesse à 50km/h contre 70km/h actuellement. Et passer à une voie de chaque côté pour permettre des deux côtés la création d’une voie dédiée aux transports en commun, aux  véhicules d’urgence et au covoiturage. « Il est temps de mettre fin à la dernière pénétrante de l’agglomération : c’est la principale source de pollution et d’atteinte à la santé publique dans le secteur  », indique le maire.

Mise en œuvre en 2019
Les aspects techniques vont dès à présent être discutés avec la Métropole. L’objectif : mettre ces nouvelles mesures en application dès 2019 avec une signalétique renforcée. « Ce changement va nécessiter information et pédagogie auprès des habitants, souligne Hervé Neau, adjoint au maire en charge du dialogue citoyen. Les membres de la conférence citoyenne souhaitent également poursuivre l’aventure à travers une nouvelle instance pour évaluer et conseiller la Ville. »

Dans un même temps, la Ville a remis son avis sur le projet de Plan de déplacements urbains (PDU) 2018-2027 qui entrera en vigueur en fin d’année. Son objectif : répondre aux besoins de déplacements de tous les habitants et inventer de nouveaux modes. Car d’ici 2030, 300 000 déplacements supplémentaires sont attendus dans la métropole. « Ce nouveau PDU est ambitieux, souligne le maire. Il invite à changer nos habitudes et nos pratiques. »

Tramway prolongé, covoiturage développé
Les élus ont rappelé leurs souhaits. Comme celui de voir la nouvelle ligne de tramway qui reliera l’île de Nantes à la futur ZAC des Isles prolongée jusqu’à la porte d’entrée ouest de la métropole. Ou encore de créer un nouveau franchissement de la Loire. « Il nous faut également mieux maîtriser les flux en agissant notamment sur la route de Pornic, précise le maire. Et tenir compte des évolutions à venir avec le maintien de l’aéroport Nantes-Atlantique ou encore l’arrivée du Marché d’intérêt national (MIN). » Des aménagements sont aussi attendus pour inciter les habitants à se déplacer à pied ou à vélo. « Ou à imaginer la voiture différemment, de façon plus collective, avec le covoiturage ou l’autopartage. »

Enquête publique
Les habitants peuvent eux-aussi partager leurs remarques sur le nouveau Plan de déplacements urbains (PDU). Une enquête publique est ouverte du 6 juin au 6 juillet. Les dossiers et registres sont mis à disposition en mairie. Une permanence du commissaire enquêteur sera assurée samedi 23 juin de 9h à 12h.
En savoir plus sur le Plan de déplacements urbains

Ville à 30 : Rezé en avance
La réduction de la vitesse de circulation fait partie des actions à coordonner dans le cadre du nouveau Plan de déplacements urbains (PDU). Le travail de la conférence citoyenne sur la ville à 30 à Rezé vient donc alimenter la réflexion de la Métropole. «  Il crée aussi des envies auprès d’autres communes de l’agglomération, précise le maire. Rezé est observé. Nous avons pris de l’avance. »

PDU : réactions des élus
Les élus de Rezé à gauche toute ! se disent « en phase avec les objectifs du Plan de déplacements urbains (PDU), mais se posent la question des moyens notamment pour favoriser la pratique du vélo et de la marche ».
Les élus de la droite et du centre rappellent « qu’il y a urgence à agir ; les déplacements étant de plus en plus compliqués au sein de la métropole ». Jean-Michel Laurenceau (sans étiquette) souligne « la nécessité de faire évoluer les comportements vers plus de responsabilité ».
Les communistes sont en phase avec « la stratégie adoptée : une métropole des courtes distances avec un espace public apaisé ».
Les élus écologistes estiment que « le PDU est sur la bonne voie, mais qu’il n’est pas assez ambitieux ni incisif quant à la restriction de la voiture en ville ».

L’avis de la commune a recueilli  32 votes pour et 7 absentions.

Au 1er janvier 2019, le PLUm (Plan local d’urbanisme métropolitain) entrera en vigueur. Il définit les règles d’urbanisme qui s’appliqueront dans chaque commune de la métropole. Au conseil municipal du 31 mai, les élus rezéens ont donné leur avis sur le projet élaboré en concertation avec les habitants.

Dans un an et demi, il remplacera les Plans locaux d’urbanisme (PLU) définis par chaque commune. Le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm) délimitera les espaces où l’on peut construire des logements, ceux réservés aux activités agricoles, ainsi que les espaces naturels qui feront l’objet d’une protection renforcée. Tout cela à l’échelle de l’agglomération. « C’est le résultat d’un travail mené durant trois ans, souligne le maire. Ce n’est pas rien. Trois ans de travail, de concertation et d’échanges. »  Ses enjeux sont multiples : à la fois préserver le cadre de vie, répondre aux besoins de logements, encourager l’économie.

PLUm : réactions des élus
Les communistes se félicitent de « la coconstruction à 24 communes au service d’un territoire dynamique ».
Les élus écologistes relèvent des « avancées positives : la maîtrise de la consommation foncière, la préservation des ressources naturelles et agricoles, ou encore le développement de la trame verte ».
Les élus de la droite et du centre regrettent que « le PLUm n’intègre pas l’abandon du projet Notre-Dame-des-Landes et ses conséquences ».
Les élus de Rezé à gauche toute ! auraient aimé « aller plus loin dans le zonage pour permettre la création de corridors écologiques ».
Dix élus s’abstiennent sur les observations formulées par la Ville sur le PLUm.
Prochaine étape : l’enquête publique ouverte en septembre pour recueillir l’avis de la population sur le projet final.

Les comptes sont bons
La Ville a clôturé ses comptes pour l’année 2017. Un moment important pour vérifier l’adéquation entre les dépenses prévues et ce qui a été réellement dépensé. « Nous avons respecté nos engagements, souligne Anaïs Gallais, adjointe au maire en charge des finances. La situation financière de la Ville est saine. Nous n’avons pas eu besoin de recourir à l’emprunt. »  L’année aura été marquée par des recettes provenant de l’État en baisse. A contrario, Rezé a pu bénéficier de ressources supplémentaires grâce à l’arrivée de nouveaux habitants.

Coopération avec Abu Dis
La Ville de Rezé renouvelle sa convention de coopération avec la Ville d’Abu Dis en Palestine. Un partenariat mis en place il y a dix ans, auquel la Ville de Nantes s’est associée l’an dernier. L’un des objectifs pour les trois années à venir : faciliter l’accès aux soins de proximité pour les habitants, avec l’achat de matériel médical pour le centre de santé.

Braderie de livres
Le 30 juin prochain, 7 000 documents issus des collections de la médiathèque Diderot seront mis en vente à un euro pour les livres, deux euros pour les bandes-dessinées et trois euros pour les beaux livres. Des vinyles pourront aussi être achetés pour cinq euros. Les invendus seront donnés aux associations du quartier Château. « Elles pourront venir se servir après la fin de la vente au public, précise Philippe Puiroux, conseiller municipal en charge de la culture. Une première ! » La braderie de livres permet chaque année de récolter environ 4 000 euros pour renouveler les collections de la médiathèque.

Service volontaire
La Ville accueille pour la première fois un jeune espagnol en service volontaire européen. Il restera un an à Rezé pour découvrir la culture française, un contexte professionnel, et apprendre le français. Des jeunes Rezéens bénéficieront également de ce dispositif cette année pour partir dans un pays de l’Union européenne.

Vœu
Les élus rezéens condamnent « la répression violente et disproportionnée des manifestations à Gaza ayant conduit à de nombreux morts et blessés parmi les Palestiniens le jour de l’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem ». Ils en appellent au président de la République française et au gouvernement « pour mettre fin à la crise humanitaire dans la bande de Gaza »

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×