Expressions politiques – février 2018


Le quartier du château, un véritable enjeu

Nous avons voté au  conseil municipal de décembre une délibération importante liée au quartier du Château. Quartier historique de notre commune et hautement symbolique de notre engagement politique. C’est une des priorités de notre mandat car notre devoir est aussi de mettre nos politiques publiques au service de celles et ceux qui en ont le plus besoin et qui sont fragilisés par le chômage, la précarité, les inégalités et l’isolement. Notre volonté est de lutter contre les discriminations  qui handicapent les habitants, réintroduire une réelle mixité, rénover, embellir leur lieu de vie, réintroduire la nature, favoriser les pratiques de jardins potager urbains, créer les conditions  d’une meilleure qualité de vie. Force est de constater que l ’Etat, à l’époque où la politique de la ville était une politique ambitieuse, accompagnait les initiatives associatives, favorisait l’implantation  des entreprises, consolidait les dispositifs d’insertion. Ce n’est plus le cas actuellement et les collectivités locales ont leurs limites. C’est donc un vrai choix politique que nous faisons à travers cet engagement à côté de la mobilisation habitante. Ceux et celles qui ont contribué aux ateliers et exprimer leur attachement à ce quartier. La réussite de la transformation de ce quartier ne se fera qu’avec leur implication et leur mobilisation et comme pour faire un pied de nez à l’argument « premier de cordée » qui privilégie l’action individuelle voire davantage, c’est ensemble dans la diversité de la richesse sociale et culturelle  que nous mènerons notre ambition.

Le groupe PS


Un bilan encourageant, une politique à poursuivre

Avec l’année 2017, la municipalité a réalisé la moitié du mandat municipal. En ce premier semestre 2018, l’équipe municipale entend aller à la rencontre des habitants pour dialoguer, réaliser un point d’étape. D’ores et déjà, nous pouvons dire que les engagements pris en 2014 ont été tenus dans ces grands objectifs qu’il  s’agisse de la priorité de l’action en direction de la jeunesse, du renouvellement de la démocratie participative, d’un urbanisme apaisé, de la mise en œuvre d’une nouvelle étape de son « agenda 21 » ou bien encore de la volonté réaffirmée d’une politique de solidarité s’inscrivant de le droit fil des politiques municipales menées depuis des décennies à Rezé par les municipalités de gauche.

La mise en place de moyens humains et matériels ambitieux en faveur de l’éducation populaire, la réalisation avec la métropole des outils réglementaires pour un aménagement plus respectueux des paysages et des ambiances urbaines dans le cadre du PLUM, l’installation d’instances de dialogue citoyen et de co-construction avec les habitants, le lancement de la Fabrique rezéenne en faveur du développement durable ou bien le déploiement de certains services publics en direction des publics les plus fragiles, tout cela témoigne d’une volonté politique. Le récent rapport de l’observatoire social et urbain montre quant à lui les points forts et les points faibles de notre ville : il s’agit là d’un indicateur devant nous encourager à déployer l’action municipale pour les années à venir.

groupecommuniste@mairie-reze.fr


Palestine : quelle liberté à l’horizon ?

Solidarité, respect des droits humains entre autres sont nos valeurs partagées. Les territoires palestiniens sous le joug de l’occupation israélienne incarnent la permanence de la violation de ces droits fondamentaux.
Point n’est besoin d’ergoter : violence et résilience font la paire lorsque l’on arpente les rues de Ramallah, de Jérusalem, d’Hébron et d’Abu Dis notre ville amie. Nichée sur les collines de la banlieue sud de Jérusalem est, elle se retrouve quasiment encerclée par un mur de séparation voire d’enfermement. Durement éprouvée par le stress hydrique, elle doit aussi gérer la voracité du Mur israélien qui avale les hectares de terres nuisant ainsi à l’implantation d’un hôpital, d’une déchetterie plus adaptée aux besoins, d’autres services à la population. Depuis la Déclaration de Balfour en 1917, tensions, brutalité insidieuse, répression, humiliation ponctuent les journées des habitants vaquant à leurs tâches.
Trop de larmes, de sang versés alimentent les veines de la haine. Peut-on s’emparer du pinceau de l’indifférence pour peindre la nième transgression du droit international ?
Est-il soutenable de contempler l’indéfendable à l’œuvre : changement du statut de Jérusalem quel qu’en soit le tribut pour ceux qui en subissent les affres ?
Nous, écologistes réaffirmons notre soutien à la solution de la mise en place de deux états de droit israélien et palestinien.

Contact : elus.ecologistes@mairie-reze.fr
Site internet


L’aéroport et Rezé, l’aéroport et son monde

La lutte fut longue et rude, la victoire est belle et collective. Savourons la avec tous ses artisans : riverain·e·s, politiques, associations, habitant.e.s de la Zad, citoyen·ne·s.

C’est une bonne nouvelle pour l’emploi sud-Loire. Mais beaucoup reste à faire, ici et là-bas.

Ici, faire ce que le mouvement anti-NDL préconise depuis des années pour réduire les impacts de Nantes-Atlantique : adapter les trajectoires, insonoriser, interdire les vols de nuit, desservir par rail. Sans gesticuler, le Maire y est venu. Mais pour nous il faut aller plus loin : renoncer à la croissance rapide et sans fin de la population métropolitaine, du trafic aérien, rétablir les «communs» existant encore il y a peu à Rezé.

Macron & consorts n’ont fait que le choix moins mauvais pour eux. Ils ont renoncé à l’aéroport, mais pas à son monde. La Zad n’est pas un lieu sans droit ni loi, elle ne rentre juste pas dans les cases néo-libérales. Là-bas, il faut poursuivre l’invention d’une nouvelle forme de société, oubliant la course au profit, conciliant les points de vue, cultivant l’esprit d’accueil, semant les solidarités, redéfinissant l’intérêt général. Redonnons du temps au temps, sa place à la nature et  l’autonomie, le respect à chacun·e, et le sel à la vie.

Défendre la Zad et son esprit, c’est vital. Nous continuerons à le faire après fin mars, car la situation peut se légaliser, mais pas en 2 mois. Le monde de la Zad est un peu le nôtre. Nous pouvons l’expliquer, et vous y invitons le 10 février.

Contact : rezeagauchetoute@gmail.com


Priorité Château

Dans les années 60, le quartier du Château correspondait aux attentes de nombreuses familles pour qui les logements apportaient confort et modernité dans un secteur qui leur offrait tous les avantages de la ville moderne : services publics, commerces, écoles, loisirs, etc. Elles s’y épanouissaient.
60 ans plus tard, force est de constater que ce quartier est devenu un lieu d’incivilités, de dégradations et de délinquances ou il manque une autorité républicaine, un dynamisme commercial et économique (cf. notre projet municipal)
Un taux de chômage élevé, des familles désœuvrées vivant de minima sociaux ; Le Château ne fait plus rêver et Rezé subit la politique de  la Métropole, qui lui impose d’accueillir les populations que Nantes ne veut plus.
Les élus socialo-écolo-communistes majoritaires ne savent plus quoi faire de cette situation. Entendre de leur bouche : « on a tout essayé ! » ou « c’est la faute du désengagement de l’état » est un aveu d’échec de leur politique de la ville; Ils en portent l’entière responsabilité et nous dénonçons leurs mensonges et imposture.
Les habitants sont soi-disant écoutés, il n’en sort que des mini projets et des mesures « Soupoudrettes » sans grands effets notoires. Tout cela est seulement prétexte à se féliciter  et s’enthousiasmer du dialogue social et de la démocratie participative, véritables miroirs aux alouettes.
Une nouvelle aide d’état de près de 1.5 millions d’Euro va être versée mais une fresque sur un pignon d’immeuble et la repeinte du  mobilier du « jardin » public effaceront-elles 30 ans de laisser aller ?

Groupe des élus de la droite et du centre
« Ensemble pour Rezé avec Philippe Seillier »
Site internet
Contact : 06 51 74 48 83


Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×