Plan d’actions migrants

Depuis la fin de l’année 2017, l’agglomération nantaise est confrontée à un accroissement du nombre d’arrivées de migrants, provoquant une saturation des dispositifs d’accueil et d’hébergement. Fidèle à ses valeurs humanistes de solidarité et de fraternité, la Ville de Rezé souhaite aller au-delà de l’effort déjà consenti sur le territoire avec les dispositifs mis en place par l’État et le Département avec les associations spécialisées, en mettant en place un plan d’actions pensé dans un cadre humanitaire et ayant pour objectif de préserver la dignité et l’intégrité physique des migrants.

Ce plan d’actions a été voté à l’unanimité au conseil municipal du 20 décembre 2018.

Un plan d’actions en 3 axes

Pour accueillir les jeunes migrants, la Ville va créer 20 places au sein de logements lui appartenant, ou mis à disposition par des promoteurs. Seuls les jeunes en attente de régularisation, orientés par l’association Soutien aux migrants isolés de Rezé (SMIR), pourront y accéder, pour une durée limitée à deux ans. Ils seront suivis par une association professionnelle financée par la Ville. En contrepartie, aucun squat ne sera toléré.

Les personnes titulaires d’un titre de séjour ont accès, comme tout ménage rezéen, à l’ensemble des services de la Ville. Néanmoins, afin de dépasser les limites de ce cadre dans certains domaines particulièrement importants pour l’insertion sociale des jeunes migrants, la Ville propose de mettre en œuvre les actions suivantes :

  • accès à la pratique sportive et culturelle
    De nombreux jeunes accompagnés souhaitent pratiquer un sport et notamment le football. Il est proposé de travailler à un partenariat avec l’association Support-terre pour créer les conditions d’accueil de ces jeunes dans nos clubs. Ils ont par ailleurs accès à l’ensemble des services de la médiathèque Diderot (gratuit pour les moins de 26 ans).
  • accès aux activités jeunesses
    Le service jeunesses accueille tous les jours les jeunes Rezéens pour informer, conseiller et accompagner les jeunes sans justificatif d’identité. La direction propose des activités diverses ouvertes à tous et effectue déjà un travail en partenariat avec l’association Saint- Benoît-Labre qui accueille des jeunes mineurs non accompagnés sur la commune.
  • accès aux soins et aide sociale
    Le centre communal d’action sociale (CCAS) peut orienter les jeunes vers les services spécialisés (notamment pour la prise en charge des besoins de santé et les traumatismes) et attribuer des aides facultatives aux personnes en fonction de leur situation administrative. Concernant l’aide alimentaire, le CCAS oriente toujours les personnes sans papiers vers les associations caritatives pour une prise en charge sur une longue période.
  • scolarité et accueil de lycéens stagiaires
    Les jeunes en attente de régularisation sont aujourd’hui très majoritairement scolarisés dans les lycées privés, car non acceptés dans le public. La Ville va engager des démarches auprès de l’Éducation nationale pour appuyer la demande des associations que ces jeunes puissent être scolarisés dans les lycées publics. Les services de la Ville peuvent par ailleurs accueillir des jeunes migrants scolarisés en lycée professionnels dans le cadre de stages.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×