Zéro déchet et énergie positive : 10 familles au défi !

Depuis quelques mois, une dizaine de familles rezéennes relève un défi lancé par la Métropole. Certaines ont pour objectif de réduire de 10% le volume de leurs déchets. D’autres de réaliser 8% d’économies d’énergie. Témoignages.

DÉFI FAMILLES « ZÉRO DÉCHET »

Trois mois pour diminuer de 10% le poids de leur poubelle. C’est le challenge dans lequel se sont lancées huit familles rezéennes à travers le défi familles « zéro déchet ». La première étape : peser leurs déchets sans changer leurs habitudes. La seconde : tester de nouveaux gestes pour réduire le poids de leurs poubelles. Pour les aider, les familles bénéficient de conseils et peuvent participer à des ateliers. Elles sont également conviées à des visites (ressourcerie, usine de traitement des déchets). Les familles sont regroupées en équipes afin de favoriser l’entraide.

Le défi en bref

  • Du 7 janvier au 7 avril 2019
  • 180 familles participantes
  • Un objectif : réduire de 10% le volume de leurs déchets
  • Un interlocuteur privilégié : l’association Ecopôle

« On va essayer les couches lavables »

La famille Lebaupin-Lusteau s’est lancée dans le défi avec des copains. « On voulait avoir une consommation encore plus responsable », explique Solenn, maman de deux enfants de six mois et quatre ans. La famille a déjà un composteur, deux poules. Solenn fait aussi sa lessive et ses produits d’entretien elle-même. Après un mois de pesée sans changer les habitudes de la famille, la balance a tout de même affiché 50kg. « On s’est rendus compte que les couches de notre fille représentaient quasiment 2/3 de nos ordures ménagères, soit 17kg », indiquent Solenn et Alexandre. Le deuxième mois, un changement s’est donc imposé : « On a décidé d’essayer les couches lavables ». Et pour faciliter la transition, Solenn a été prendre de bons conseils lors d’un atelier organisé par Ecopôle. La famille a aussi opéré d’autres changements : « Quand un prospectus m’intéresse, je ne le prends pas, je fais une photo. J’ai décidé de faire plus de cuisine maison. Je vais essayer de fabriquer mes cosmétiques. » En participant au défi, la famille voulait sensibiliser les enfants notamment la plus grande, mais aussi l’entourage : « Quand on fait une fête, chacun ramène son gobelet réutilisable. Ça engage la conversation avec les amis. » Avec les autres familles de l’équipe, les Lebaupin-Lusteau échangent plein d’astuces. « Le défi nous stimule ! »

 

« On achète le plus possible en vrac »

Dans la famille Lecoq, on a aussi décidé de s’intéresser de plus près à ce qu’il y a dans ses poubelles. « Je voulais m’engager dans une vraie démarche de réduction des déchets », explique Emma, maman d’une petite fille de trois ans. Avec le défi, la chasse aux emballages s’est renforcée : « On achète le plus possible en vrac. Je viens à la boulangerie avec mon propre sac. Mon boucher est d’accord pour que j’apporte mes boîtes de conservation. » Emma avait quelques cotons démaquillants lavables auparavant : « J’en ai fait plus pour ne plus acheter des jetables. » Le composteur de la famille est aussi plus rempli qu’avant : « J’ai découvert qu’on pouvait y mettre bien plus de choses. Notamment les mouchoirs usagers ou les boîtes à œufs. » Toute la famille joue le jeu. Même la petite Louison qui participe au tri. « J’ai aussi arrêté de lui acheter de la compote en gourde. Elle mange des fruits maintenant. » La famille allège petit à petit ses poubelles et s’inscrit dans une nouvelle manière de consommer : « Manger local et bio, aller chez les petits commerçants : c’est un état d’esprit. »

« Je fais les yaourts moi-même »

C’est le témoignage d’une famille ayant déjà participé au défi qui a convaincu Sabrina Batard, maman de trois enfants de 9, 11 et 13 ans, de se lancer dans l’aventure. « Ça ne semblait pas si compliqué d’aller plus loin dans les gestes du quotidien pour réduire ses déchets. » Depuis quelques semaines, Sabrina a ressorti sa yaourtière. « Je fais les yaourts moi-même en seulement 10 minutes. C’est meilleur et on jette moins de plastique. » Idem pour le gel douche : « Je n’utilise que des savons désormais. J’ai aussi arrêté d’acheter des mouchoirs en papier et remis en service des mouchoirs en tissu. » Lorsqu’elle va dans des magasins, elle apporte ses contenants. Son prochain défi : les dosettes de café. « J’aimerai acheter des dosettes en aluminium que l’on peut recharger soi-même avec du café moulu. » Grâce à un membre de son équipe, elle a aussi trouvé une bonne recette de lessive. « On partage beaucoup entre nous notamment sur des groupes de discussion. » Dans le cadre du défi, Sabrina a visité Alcéa, le centre de traitement et de valorisation des déchets ménagers. « J’étais impressionnée par la quantité de déchets que nous jetons. On a tous des efforts à faire. »

DÉFI FAMILLES « À ÉNERGIE POSITIVE »

Lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, c’est déjà possible à notre niveau. Comment ? En réduisant nos propres consommations d’énergie. C’est ce que font deux familles rezéennes dans le cadre du défi familles « à énergie positive ». Leur objectif : réaliser 8% d’économies d’énergie sur l’électricité, le gaz ou encore l’eau en cinq mois. Les familles vont d’abord étudier leur consommation de l’hiver dernier. Et ensuite mettre en place des éco-gestes. Pour les aider, des conseils et du matériel de mesure leur sont délivrés. Les familles font également partie d’une équipe pour partager plus facilement les bonnes pratiques.

Le défi en bref

  • Du 1er décembre 2018 au 30 avril 2019
  • 145 familles participantes
  • Un objectif : réaliser 8% d’économies d’énergie
  • Un interlocuteur privilégié : l’association Alisée

« On débranche complétement les appareils »

La famille Dabouis s’est inscrite au défi par curiosité. Après avoir rentré toutes leurs factures d’eau, de gaz et d’électricité de l’an dernier, Aurélie et David ont pris de nouvelles habitudes : « Débrancher complétement les appareils, car même en veille, ils consomment, explique Aurélie. Ou encore éteindre la télévision quand on est à l’étage. » Grâce à un wattmètre fourni dans le cadre du défi, ils ont aussi pu mesurer la consommation de leurs appareils électriques. Ainsi que la température de leurs parois avec un thermomètre infrarouge. « Notre maison est récente. On a pu constater qu’elle était déjà bien isolée », indique David. Le jeune couple fait aussi plus attention au temps passé sous la douche. « On s’est chronométrés pour se rendre compte », ajoute Aurélie. La prochaine étape : mesurer le débit de leurs robinets. Et éventuellement installer un mousseur pour diminuer leur consommation d’eau. Déjà bons élèves, Aurélie et David vont devoir redoubler de petits gestes pour réduire leur consommation d’énergie de 8%. Notamment dégivrer le congélateur. « Et pourquoi pas baisser de 0,5° la température de la maison », ajoute David. Le couple entend bien profiter aussi des conseils de l’association Alisée et des bonnes pratiques des autres familles de l’équipe pour réussir le challenge.

DES DÉFIS QUI PORTENT LEURS FRUITS

L’an dernier, 259 familles de la métropole ont participé aux deux défis lancés par la Métropole : familles « zéro déchet » et familles « à énergie positive ». Avec un bilan positif !

Familles « zéro déchet »

  • 130 familles
  • 34% de déchets produits en moins, soit trois fois plus que l’objectif fixé !

 

Familles « à énergie positive »

  • 129 familles
  • 12% d’économies d’énergie réalisées
  • 11% d’économies de CO²
  • 11% d’économies d’eau

CONTACTS

Défi familles « zéro déchet » :
Association Ecopôle
Rens. 02 40 48 54 54
Site web

Défi familles « à énergie positive » :
Espace Info Énergie
Rens. 02 40 08 03 30
Site web

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×