Sahraouis : Rezé renforce son soutien

Si depuis 1982 Rezé soutient le peuple sahraoui, la coopération entre les deux territoires se renforce avec la signature d’une convention de coopération, en faveur notamment de projets éducatifs.

20 000 EUROS PAR AN

Rezé a décidé d’aller plus loin dans son soutien au Sahara occidental, en signant une convention de coopération. Décision adoptée par le conseil municipal du 12 décembre. Financièrement la convention prévoit le versement au camp de réfugiés d’Aswerd d’une subvention de 20 000 € par an pendant trois ans, à partir de 2020 jusqu’à 2022, soit 60 000 €.

Concrètement cela se traduira par la réfection et la réhabilitation de quatre écoles primaires.

Installation électrique, travaux de maçonnerie et de charpente sont prévus pour les établissements scolaires les plus endommagés… Des aménagements destinés à améliorer les conditions d’accès à l’éducation des jeunes Sahraouis et jugés prioritaires lors de la visite d’une délégation rezéenne en octobre dernier.

SITUATION DANS LES CAMPS

” Nous avons pu rencontrer et échanger sur place avec de nombreux acteurs tels que la gouverneure du camp d’Awserd, les responsables des ministères de la santé, de l’éducation, de la coopération, les directeurs d’écoles, les enseignants, les élèves, les femmes en formation et les professionnels de jardins d’enfants. Cela nous a permis d’appréhender le contexte réel du peuple sahraoui vivant dans les camps et d’identifier ensemble les futurs axes de coopération”, explique Marie-Isabelle Yapo, adjointe en charge des relations avec le Sahara occidental.

L’élue rezéenne a pu constater ” des conditions de vie très difficiles, avec un accès à l’eau potable et à l’électricité limité. Malgré un taux d’ensoleillement important, les écoles sont très sombres. Les conditions climatiques extrêmes du désert (aridité, vents forts, pluies rares mais intenses) détériorent les bâtiments construits en terre, mettant en danger les enfants.”

UNE COOPÉRATION CENTRÉE SUR L’ÉDUCATION

Si la relation amicale et fraternelle entre les deux territoires est réelle depuis plus de 37 ans, elle s’explique aussi au travers de la vision de la société défendue ici et là-bas. L’école est gratuite, mixte et obligatoire. Ce qui a motivé également le choix de Rezé de concentrer, d’abord, son action en direction de l’éducation.

« L’enseignement est essentiel pour toute société qui veut se développer. Permettre l’accès à des infrastructures éducatives de qualité participe à former les leaders de demain, à émanciper les femmes et les plus modestes et à permettre l’acquisition de compétences pour assurer un développement social et économique de ce peuple. »

En images

En savoir plus

Sahraouis : un peuple dans l’impasse

43 000 habitants, majoritairement des femmes et des enfants, sont aujourd’hui réfugiés dans le camp d’Awserd, la partie la plus aride du Sahara.

L’exil des Sahraouis dans les camps du Sahara occidental (ancienne colonie espagnole, occupée aujourd’hui par le Maroc) dure depuis 45 ans.

La résolution de l’ONU reconnaissant le droit du peuple sahraoui à disposer d’un territoire n’est toujours pas appliquée. Et le référendum, dont le principe est acté depuis 1991, n’a toujours pas abouti.

Le Maroc souhaitant en faire une région autonome, tandis que le peuple sahraoui réclame la souveraineté.