Ratiatum : des bois antiques prêts à livrer de nouveaux secrets

Des poutres en chêne vieilles de près de 2 000 ans, extrêmement bien conservées, ont été découvertes lors de fouilles menées cet été sur le bourg de Rezé. Leur analyse va compléter notre connaissance des aménagements de quai à l’époque antique.

« On a conscience d’avoir fouillé sur un chantier exceptionnel ! De tels vestiges, en termes d’état de conservation et d’agencement, sont extrêmement rares à l’échelle de la France. » Près de deux mois après la fin des fouilles conduites sur le bourg de Rezé, leur responsable, l’archéologue de l’Inrap Marie-Laure Hervé-Monteil, a gardé intact son enthousiasme. Il faut dire que les découvertes réalisées entre mai et juillet vont permettre d’avancer sur la connaissance de l’agglomération antique de Ratiatum et de ses aménagements portuaires.

Fouilles préventives conduites par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) en amont du projet immobilier porté par Bâti-Nantes dans le bourg de Rezé.
Fouilles préventives conduites par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) en amont du projet immobilier dans le bourg de Rezé. © Emmanuelle Colado

Deux campagnes de fouilles préventives

Ces fouilles préventives ont été conduites par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) en amont du projet immobilier porté par Bâti-Nantes dans le bourg de Rezé. Une première emprise de 480 m² avait été fouillée à l’été 2020. Cette année, 1 200 m² ont été examinés par les archéologues de l’autre côté de l’avenue de Lattre-de-Tassigny.

Un milieu très humide

Le travail des archéologues, à cinq mètres de profondeur et dans un milieu très humide, s’est effectué dans des conditions difficiles. Mais c’est justement cette forte présence de l’eau qui a permis l’état de conservation exceptionnel d’éléments en bois datant de près de 2 000 ans. Dans le prolongement du site antique portuaire de Saint-Lupien, ont été mises au jour de nouvelles constructions en terrasses, sous forme de murs et de caissons de poutres de bois et de dalles de schiste.

Des poutres de chêne de 10 m

L’état de conservation des bois permet de visualiser des techniques d’assemblage très variées, dont certaines n’avaient jamais été vues à Rezé. Les poutres de chêne, certaines longues de dix mètres, supportaient des poteaux et des contre-fiches pour résister aux éléments. « Il fallait une construction très robuste, face au débit violent de la Loire et aux effets des marées. D’où les nombreux réaménagements des quais », observe Marie-Laure Hervé-Monteil.

© Emmanuelle Colado

Le travail des charpentiers il y a 2 000 ans !

De nombreux détails vont nourrir le travail d’analyse des archéologues. Des clous extrêmement bien conservés ont été retrouvés. On voit sur les poutres des traces de haches et de scies, qui renseigneront sur la manière de travailler des charpentiers. Des marques d’assemblage identiques sur une poutre et un poteau (numérotées 14 et 15) ont été dévoilées, tout comme des estampilles, marques de fabrique de ceux qui oeuvraient le bois.

Chaque élément de bois a été prélevé pour des analyses en laboratoire, de datation précise notamment. « On verra si les aménagements de quai sur Ratiatum ont été fait en plusieurs étapes ou dans un temps très court », jubile à l’avance Marie-Laure Hervé-Monteil.

à découvrir

Lors des Journées européennes du patrimoine

Les résultats exceptionnels des fouilles menées cet été sur le bourg de Rezé seront présentés ce week-end par un archéologue de l’Inrap sur la table d’actualité numérique du Chronographe.

De nombreuses animations gratuites en lien avec le site archéologique de Ratiatum sont prévues pour les Journées européennes du patrimoine, les samedi 18 et dimanche 19 septembre de 11h à 18h.

En lien avec l‘exposition temporaire Le verre dans tous ses éclats, des démonstrations sur le travail du verre à l’antique seront notamment proposées.

Renseignements et programme intégral des Journées européennes du patrimoine sur le site du Chronographe. Tel : 02 52 10 83 20

Crédits photos : Emmanuelle Colado