Périscolaire. Quelle organisation pendant le confinement ?

Le confinement partiel imposant aux établissements scolaires de drastiques mesures de précaution, la Ville a dû revoir le fonctionnement des temps périscolaires et faire appel au renfort d’agents d’autres services municipaux.

Port du masque en élémentaire, hygiène des mains, aération et désinfection des locaux, limitation du brassage… Un nouveau protocole sanitaire imposé par le deuxième confinement impliquait une réorganisation complète des temps périscolaires dont la Ville a la charge.

Des groupes pour éviter le brassage

« Le 9 novembre, nous avons adressé aux parents d’élèves un courrier d’information sur le protocole en cours d’instauration, indique Isabelle Coirier, adjointe à l’éducation. Il n’a été appliqué qu’à partir du 12 novembre car les directives autorisaient une certaine souplesse, le temps de peaufiner l’organisation. » L’application des directives gouvernementales nécessitait en effet un renfort d’effectifs et une cohérence dans la constitution des groupes d’enfants : « Pour limiter le brassage, des groupes de deux à trois classes sont constitués par les écoles, et tout est organisé pour éviter les contacts entre eux tout au long de la journée scolaire. Nous avons laissé chaque école déterminer les groupes. »

Le casse-tête de la restauration

Il a fallu prévoir les circulations, organiser la fréquentation des salles : « La restauration représentait un casse-tête, souligne Jacques Pineau, conseiller municipal délégué à la restauration. Dans un premier temps, les self-services ont été supprimés et le service des enfants à table a été généralisé. Dans sept écoles élémentaires, nous avons ajouté une formule « pique-nique », une fois par semaine pour chaque classe, ce qui permet de faire déjeuner une partie des enfants dans une autre salle. Sans cela, le temps du déjeuner n’aurait pas suffi pour assurer un roulement de tous les groupes d’enfants avec désinfection intermédiaire. » Dans un souci d’équité, le pique-nique est fourni à tous les écoliers par la ville.

Une adaptation au jour le jour

Petit à petit, l’organisation s’adapte, grâce notamment au renfort d’agents municipaux volontaires de services fermés ou au ralenti en raison de la pandémie, qui sont venus épauler le personnel des écoles sur la base du volontariat : « Même si les agents de restauration et du périscolaire sont très actifs et réactifs, le coup de main est appréciable et apprécié. Avec ces renforts, les écoles s’adaptent au jour le jour, selon les locaux, les effectifs, le personnel… » Ainsi, à Jean-Jaurès et Plancher, le self-service a repris ; ailleurs, on a opté pour une organisation mixte : entrée et dessert en self-service, plat chaud servi à table ; le pique-nique hebdomadaire a pu être supprimé dans une partie des écoles.

Accueil du matin et du soir maintenus

Les accueils du matin et du soir fonctionnent normalement, dans le respect des règles d’hygiène, avec des horaires inchangés. La garderie du mercredi midi se fait à heure fixe avec sortie unique à 12h30. En raison du plan Vigipirate, les parents ne peuvent plus pénétrer dans l’enceinte de l’école.

Il est important de souligner les efforts consentis par les équipes des services éducation, restauration et logistique, sans oublier ceux qui sont venus en renfort et le personnel périscolaire qui a fait un énorme effort car la gestion des groupes est complexe et une vigilance permanente est nécessaire pour respecter le protocole sanitaire. L’implication de tous a contribué à la continuité du service rendu aux enfants et à leur famille malgré les contraintes.

Isabelle Coirier et Jacques Pineau