La Soufflerie : lever de rideau sur la saison 2019/20

Près de 200 personnes, fidèles abonnés ou spectateurs curieux, ont pris place lundi soir dans l’enceinte de l’Auditorium. Toujours très attendue, la présentation en avant-première de la programmation culturelle de la Soufflerie a levé le voile sur ce qui attend les Rezéens cette prochaine saison. Et au regard des rendez-vous annoncés, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils vont être gâtés !

Ces prochains mois, nous allons écrire un nouveau chapitre dans l’histoire de la Soufflerie avec le désir de provoquer des émotions, de susciter le débat et partager avec le public le plaisir de la découverte de formes artistiques audacieuses, engagées, poétiques et mystérieuses.

Cyril Jollard, directeur de la Soufflerie

Une saison musicale

Musique du monde, musique baroque ou contemporaine, actuelle ou minimaliste, la musique, sera mise à l’honneur, sous toutes ses formes, avec comme écrin, l’Auditorium, mais aussi la Barakason et le théâtre.

Cyril Jollard, nouveau directeur de la Soufflerie, n’annonce pas de révolution, ni de rupture souhaitée avec son prédécesseur. L’héritage est assumé et apprécié. « J’ai souhaité poursuivre le projet mis en place, rester fidèle aux publics et aux artistes que nous accompagnions. J’y insuffle seulement mon regard, inévitablement différent, mais la base reste commune.»

Parmi les artistes qui se produiront sur les scènes rezéennes, des figures connues de la scène pop (Jay-Jay Johanson, Peter Von Poelh), de la chanson française (Vincent Delerm, Bertrand Belin) et de futurs talents à découvrir (Pépite, Loud).

La venue du pianiste américain, Brad Melhaud, de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker ou encore du co-fondateur du groupe allemand CAN et inventeur du Krautrock, Irmin Schmidt compteront parmi les moments forts de cette saison.

Ces grands noms ne seront pas la seule raison de se pencher sur cette programmation (à retrouver sur le site www.lasoufflerie.org/), d’autres dates réserveront de belles émotions aux spectateurs.

Pour résumer, les amateurs de musique seront servis avec 43 rendez-vous sur les 53 que compte pour le moment cette saison. La programmation, qui reste pluridisciplinaire, laissera aussi une place à la danse, au théâtre, aux arts du cirque, aux conférences et s’enrichir de concerts et spectacles supplémentaires tout au long de l’année.

Vidéo

Brad Mehldau “Three Pieces after Bach” à la Philharmonie de Paris (juin 2018)

ARTE Concert

Les femmes et les enfants d’abord

Une saison féminine ? Assurément. Avec entres autres côté artistes : Suzanne Vega, Katia Guerreiro, Melanie de Biasio, Sarah McCoy, , Vanessa Wagner. Ajoutons-y à la mise en scène Emmanuelle Lafon, les chorégraphes Anne Nguyen et Anne Teresa De Keersmaeker, une directrice artistique Souad Asla, la comédienne Emmanuelle Laborit, un spectacle 100% féminin Du sale et l’accueil de la soirée A définir dans un futur proche, soirée éphémère, itinérante et pluridisciplinaire, organisée pour la première fois hors de Paris.

Au final, près de 30% des projets sont portés par des femmes offrant du même coup à ces dames une visibilité renforcée et bienvenue dans le monde culturel.

Au printemps, la Soufflerie s’intéressera à la place de l’adolescence dans la création actuelle au travers du Festival Up ! 7 jours, du 27 mars au 2 avril avec des performances, spectacles, concerts…

A noter les 5 spectacles estampillés jeune public. De la danse et beaucoup de mousse avec Le petit bain. De la musique de dessins animés avec Cartoons, le retour. Une version dépoussiérée et pleine d’humour de La Belle au bois dormant de Charles Perrault. Une performance vocale hallucinante avec Blablabla et de la danse et beaucoup de poésie avec Les joues roses.

Une saison engagée

Sur la soixantaine de rendez-vous présentés cette année, 11 seront le fruit d’une collaboration avec la Soufflerie.

Résidence d’artiste, collaboration, stage de pratique ; rencontres avec les artistes, plus que jamais, l’établissement ne se contentera pas d’être diffuseur de culture mais jouera pleinement son rôle d’accompagnateur.

Un soutien nécessaire pour Cyril Jollard concluant ainsi : « A la Soufflerie, nous croyons en l’intelligence collective et en la capacité d’une population à être curieuse et à inventer au quotidien pour que notre société progresse harmonieusement ».

Une saison en chiffres