Festival L’Ere de rien : la 8e

Le festival de musiques indépendantes, qui fait la part belle aux arts graphiques, est de retour. Rendez-vous les 26 et 27 avril sur les bords de Sèvre pour la 8e édition.

A savourer sans modération

En huit ans, l’air de rien, le festival rezéen s’est fait une belle place au soleil et compte désormais parmi les rendez-vous musicaux importants du printemps. Il est vrai que la recette de cet événement a de quoi séduire. Un chapiteau sur les bords de Sèvre, des pépites sonores de la scène musicale indépendante internationale, des trésors graphiques, des nectars et mets artisanaux, locaux et bios, une démarche écoresponsable et solidaire, un esprit familial. Et la prochaine édition sera tout aussi délicieuse que les précédentes.

Deux jours de musique et d’image

C’est à une bande de passionnés, principalement des Rezéens, réunis au sein de l’association Melos Nova que l’on doit ce festival. Né en 2012, le festival assume une philosophie qui ne se dément pas au fil des ans : faire découvrir des artistes confidentiels, tout public et d’horizons divers.

À l’affiche cette année ? Des groupes émergents comme Marble Arch, un artiste incontournable de la scène indépendante française (pop shoe gaze), les Anglais d’Easy life, à l’ascension fulgurante (indie rap), ou encore Biig Piig, une artiste irlandaise remarquée pour sa soul teintée de R&B. Illustrateurs, céramiste ou encore tatoueuse seront au rendez-vous avec de belles découvertes graphiques en perspective.

Un mélange de bons sons venus d’ici et d’ailleurs et de créations graphiques avec la présence sur le site de collectifs, ateliers et éditeurs de BD. C’est aussi ce qui fait l’originalité du festival, proposer son et image ! À deux pas du chapiteau, le parc de la Morinière sera aussi à la fête : un grand banquet en musique y est organisé le samedi, dès 13h.

Le prix d’entrée libre est une autre idée forte portée par l’association organisatrice, entièrement composée de bénévoles. Il amène ainsi chaque spectateur à s’interroger sur la valeur qu’il accorde à l’accès à la culture.

Programmation musicale et graphique

Découvertes visuelles, dessinées, imprimées… Musiques indés et groupes émergents

Vidéo

Marble arch

Marble Arch n’est pas qu’un monument anglais, c’est aussi un groupe parisien. Entre sonorités shoegaze et envolées dream-pop, le quintet fondé par Yann Le Razavet porte avec élégance une ode fougueuse aux 90’s, lo-fi et mouvante, poétique et mélancolique, qui n’a rien à envier à l’école anglaise.

Infos pratiques

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×