Conseil municipal du 8 février 2019 : le budget 2019 en préparation

Apporter un service public de qualité aux Rezéens, financer de nouveaux projets et préserver la santé financière de la Ville. Trois enjeux pour un débat. Au conseil municipal de février, les élus ont échangé autour des grandes lignes du budget 2019.

 

 

 

 

SOBRIÉTÉ ET AMBITION

« À chaque débat d’orientation budgétaire, c’est bien le développement de la ville et ses perspectives que nous dessinons », rappelle le maire, Gérard Allard, au conseil municipal le 8 février. C’est dire l’importance de cette étape permettant aux élus de discuter de la stratégie financière avant le vote du budget en mars. En 2019, la priorité sera donnée notamment à l’éducation, l’accompagnement des seniors, l’action en matière de tranquillité publique, le soutien au quartier Château et à l’égalité femmes-hommes. « Notre volonté : faire preuve de sobriété, mais aussi d’ambition dans l’intérêt des Rezéens », souligne le maire.

Tenir le cap des investissements

En 2019, une enveloppe de 9 millions d’euros sera, comme les années précédentes, dédiée à l’investissement. Des projets sont déjà en cours : la création d’un skatepark, l’aménagement du parc Paul-Allain, la reconversion sportive de la Halle de la Trocardière ou encore la restructuration de l’école de La Houssais. De nouveaux projets vont être lancés : l’extension des vestiaires du stade de la Robinière, la création de nouveaux locaux pour le centre socioculturel Loire-et-Seil et l’agrandissement du restaurant de l’école du Chêne-Creux. « Des investissements utiles aux habitants qui participent aussi à l’attractivité de notre ville », explique le maire.

Pas d’augmentation des impôts

Malgré un contexte économique contraint, le budget 2019 se prépare sereinement à Rezé. « La Ville a su préserver sa situation financière au prix d’efforts inédits, souligne le maire avant de rappeler : Nous avons perdu plus de six millions d’euros de dotations de l’État en cinq ans. Ce n’est pas rien. » Si la prudence reste de mise, la gestion rigoureuse des deniers publics permet aujourd’hui de continuer à apporter des services aux habitants et de financer de nouveaux projets. « Sans augmenter les impôts, ajoute le maire. Et sans alourdir la dette par habitant. » À ce titre, Rezé fait figure d’exemple avec un niveau d’endettement extrêmement bas comparé à des villes de même strate.

Réactions

Les communistes « se retrouvent dans les priorités d’actions proposées conjuguant progrès social et responsabilité face à l’avenir ». Les écologistes saluent « la ténacité des services qui ont su faire sortir la Ville des emprunts qui pouvaient nous porter préjudice ». Les élus de Rezé à gauche toute ! « s’inquiètent d’une forme d’austérité sur les dépenses de fonctionnement ». Les élus de la droite et du centre souhaiteraient « avancer ce débat en fin d’année pour éviter que tout un trimestre soit passé lorsque le budget sera voté en mars ». Le groupe socialiste et divers gauche précise que « les orientations sont conformes aux engagements pris auprès de Rezéens ».

Les projets en cours ou à venir

AÉROPORT : OPPOSITION AUX VOLS DE NUIT

Lors du conseil municipal, les élus rezéens ont affiché leur opposition aux vols la nuit et demandé une restriction de 22h30 à minuit. Une position unanime pour protéger les riverains de l’aéroport Nantes-Atlantique.

Position commune

Après avoir rejeté le projet de plan de gêne sonore en décembre au motif qu’il ne reflétait pas la réalité des nuisances vécues par des milliers de Rezéens, les élus ont, à nouveau, affiché leur union le 8 février. Cette fois-ci sur l’interdiction des vols entre minuit et 6h et sur leur restriction dès 22h30 pour les avions les plus bruyants. Quelques jours plus tôt, une vingtaine d’élus du Sud-Loire avaient déjà exprimé leur opposition aux vols de nuit. La Métropole est également contre.

Réflexion à poursuivre

Les élus rezéens proposent d’autoriser les atterrissages en cas de retard, uniquement pour les avions des compagnies aériennes basées à l’aéroport Nantes-Atlantique. Ils demandent à poursuivre la réflexion avec l’aéroport et les compagnies sur les vols entre 22h30 et minuit. En parallèle, Rezé à gauche toute ! souhaite qu’un groupe de travail avec l’ensemble des élus rezéens soit mis en place. Le maire y a répondu favorablement.

Acte fort

À Rezé, l’aéroport rassemble les élus de tous bords politiques. « Je me félicite de cette union, souligne le maire, Gérard Allard. La santé des habitants et l’avenir de la planète sont en jeu. » Et Pierre Quénéa, adjoint au maire en charge du développement durable d’ajouter : « C’est un acte fort. Nous sommes mobilisés ensemble pour les Rezéens. » Le maire a redit son opposition à l’organisation par l’État d’une concertation en juin et juillet sur l’aménagement de Nantes-Atlantique : « Le débat doit avoir lieu, mais pas de manière précipitée et avec les résultats des études en cours que nous aurons fin 2019. »

Les élus rezéens s’opposent, de façon unanime, aux vols de nuit et demandent une restriction de 22h30 à minuit.

EN BREF


La Ville donne la possibilité aux Rezéens de réserver gratuitement les salles municipales dans le cadre du grand débat national lancé par le président de la République du 13 janvier au 15 mars. Une mise à disposition gratuite temporaire pour permettre aux particuliers, qu’ils soient constitués ou non en association, d’exprimer leurs attentes et de participer à des débats. Rens. assos.reze@mairie-reze.fr.

Suite à la démission d’Anaïs Gallais, qui était adjointe au maire en charge des finances, la délégation finances est confiée à Noro Randrianarison, adjointe au maire en charge du personnel. Le nombre d’adjoints est fixé à 13. Anaïs Gallais continue à siéger au conseil municipal en tant que conseillère municipale.
La convention avec l’International Rezé Football est renouvelée pour trois ans. L’association organise chaque année un tournoi de football durant trois jours. La prochaine édition aura lieu du 7 au 9 juin.
Les Villes de Rezé, Nantes, Saint-Herblain et Orvault ont lancé un appel aux jeunes de moins de 26 ans : « Bouge la ville ! ». Une bourse pouvant aller jusqu’à 1 000 euros pourra être accordée aux jeunes sélectionnés, pour les accompagner dans leurs projets.
La Ville a acquis une parcelle de 410 m² à l’arrière du parc du Corbusier. Cette parcelle, non constructible, sera aménagée pour devenir des jardins familiaux.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×