CHAM : une classe à Rezé

Depuis la rentrée de septembre, 22 élèves de l’école Pauline-Roland vibrent au rythme d’un nouveau dispositif : une classe à horaires aménagés musique à dominante vocale. Ils découvrent des instruments, éduquent leurs oreilles et apprennent à placer leurs voix.

UN ENSEIGNEMENT OUVERT À TOUS

La Ville de Rezé a ouvert une classe à horaires aménagés musique (CHAM) à l’école Pauline-Roland. Elle espère y accueillir, à l’avenir, une centaine d’enfants du CE1 au CM2. Objectifs : favoriser la mixité sociale en contribuant à l’attractivité de l’école et réduire les inégalités d’accès à la culture.

Grâce à la CHAM, des élèves motivés par les pratiques artistiques reçoivent une formation générale et un enseignement spécifique dans le domaine de la musique grâce un emploi du temps adapté. Concrètement, cela se traduit par 2h30 de pratique musicale par semaine.

Le mardi, les 22 élèves (tous volontaires, c’est une des bases du dispositif) suivent un cours d’éducation musicale et le jeudi, ils se retrouvent pour une heure de chant. À laquelle s’ajoutent 30 mn de technique vocale.

« Le travail porte sur la découverte du corps, de la respiration, de la coordination. Nous mettons en place des exercices de rythme, d’écoute et d’imitation. Ils apprennent en jouant, en étant dans l’action », explique Delphine Hautcoeur, chargée de la coordination de la CHAM.

EDUCATION ARTISTIQUE

Ce nouveau dispositif permet aux enfants de vivre des expériences musicales inédites. En plus de l’enseignement musical, ils assistent à des représentations à l’Auditorium et à des rencontres avec des artistes comme, cette semaine, ceux du collectif Ubique.

En mars 2020, ils se produiront, avec des chœurs du centre musical de la Balinière, dans un spectacle autour de l’opéra pour enfant Myla et l’arbre oiseau d’Isabelle Aboulker. L’occasion pour eux de mettre en lumière leur travail et de monter sur scène.

Et le résultat dépasse les portes de la salle de musique.

« Au niveau de la concentration, de l’écoute, ils ont énormément progressé », constate leur enseignante Caroline Hil. « La manière dont ils structurent leurs idées, leurs capacités à mémoriser et le fait de participer à un ensemble les fait grandir ».