25 novembre : Journée internationale contre les violences à l’égard des femmes

La marche prévue samedi 28 novembre à Rezé contre les violences dont les femmes sont victimes a dû être annulée en raison de la crise sanitaire. La Journée internationale du 25 novembre demeure pour braquer les projecteurs sur le drame quotidien de trop nombreuses femmes, et s’employer à y mettre fin.

Le 25 novembre est la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Pour que tous, hommes, femmes et enfants, puissent s’y associer, une marche de six kilomètres était organisée à Rezé samedi 28 novembre, de la place du 8-Mai à la Maison du développement durable, avec des étapes d’information. La crise sanitaire ne permet pas le déroulement de cette manifestation mais le drame vécu au quotidien par de trop nombreuses femmes reste hélas d’actualité. La journée internationale demeure l’occasion d’en parler et d’agir.

De trop nombreuses victimes chaque jour

La date du 25 novembre a été adoptée en 1999 par l’Assemblée générale des Nations unies en mémoire de trois martyres. Le 25 novembre 1960, les sœurs Mirabal, trois Dominicaines, étaient assassinées sur ordre du chef de l’État dominicain Trujillo : l’une d’elles avait repoussé les avances du dictateur, et toutes trois militaient contre son régime. La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est désormais l’occasion de sensibiliser les populations à un fléau qui fait chaque jour de nombreuses victimes. En France en 2019, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, soit une augmentation de 21% par rapport à l’année précédente ; en avril 2020, pendant le confinement, le 3919, numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, a été trois fois plus composé que pendant les mois précédents.

Victime ou témoin de violences ? composez le 3919

Si vous êtes victime de violences ou si vous avez connaissance d’une situation de maltraitance, n’hésitez pas à agir en sollicitant les structures locales ou nationales qui soutiennent les femmes et les aident à échapper à leur calvaire : bureau d’aide aux victimes, Citad’elles, Solidarité femmes, France Victimes… Des numéros spéciaux et un portail de signalement sont également des recours possibles. Toutes les structures sont présentées dans cette page.