Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Expressions politiques > Novembre 2017

Novembre 2017

Groupe de la majorité - Parti socialiste

La Laïcité, c’est la Fraternité.

Nous avons souhaité que, chaque année, soit organisé un temps fort autour de la Laïcité parce que la laïcité c’est l'exercice de l'égalité, de la liberté, de la fraternité, de la paix, parce qu'elle prône l'universalisme des droits.
Dans cette période contrastée autour du vivre ensemble, il est nécessaire de prendre appui sur ces valeurs indissociables que sont la liberté de conscience qui rend libre chaque citoyen de pratiquer une religion ou non, l’Egalite en droit des options spirituelles et religieuses et la neutralité du pouvoir politique de croire ou de ne pas croire.
L’égalité en droit prévient toute discrimination ou contrainte et le pouvoir politique en s’abstenant de toute ingérence dans le domaine spirituel ou religieux garde toute sa neutralité de ce point de vue dans l’exercice du pouvoir.
La laïcité c’est aussi le bien commun, que chaque citoyen se reconnaisse dans la République en créant les conditions du vivre ensemble.
La laïcité, c’est non seulement un devoir mais c’est un droit pour tous. La laïcité, c’est la Fraternité, thème de notre édition 2017.
La laïcité c’est le cœur de notre action, c’est notre respiration ici dans cette ville qui est gérée depuis plusieurs dizaines d’années par les différentes majorités de gauche, en prenant appui sur les valeurs fondamentales rappelées dans ce texte.

Le groupe PS

Groupe de la majorité - Parti communiste

Santé : tous couverts !

Depuis des années, la pauvreté en France est nettement à la hausse : 8 millions de pauvres. Elle frappe tous les domaines de la vie. Le mal logement est le quotidien de 3,5 millions de gens. Renoncer à des soins pour des raisons financières n'est plus exceptionnel et la CMU compte 4,5 millions de bénéficiaires. Il y a 10% de chômage (officiellement) et les jeunes sont les premiers touchés, 34 % dans les quartiers populaires. Notre ville, malgré une politique municipale volontariste et ambitieuse n’échappe pas à cette dure réalité, même si les taux de chômage et de précarité y sont un peu moindres.

Face à cette situation dramatique, la richesse s’étale. Il faut dire qu’en 20 ans, le volume des dix plus grandes fortunes françaises a été multiplié par 12, pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes.
Les élus communistes soutiennent un projet de société rompant avec l’argent-roi. Ils agissent afin de permettre à chacun(e) de trouver des services collectifs, d’avoir un logement, d’avoir un emploi correctement rémunéré. C’est le sens de leur engagement pour répondre à l’urgence sociale au sein de la municipalité. Dernièrement, la ville a mis en place un partenariat avec trois complémentaires santé pour que les Rezéens aujourd’hui non couverts puissent l’être à un prix abordable. Sans prétendre résoudre toutes les difficultés, c’est un acte pour la justice sociale.

groupecommuniste@mairie-reze.fr

Groupe de la majorité - Les Verts

Des caméras en ville, pourquoi faire ?

La métropole, accompagnée de 4 de ses communes - dont Rezé - a lancé un projet d'installation de 200 caméras sur l'espace public. Le débat passionné sur la vidéosurveillance qui en a résulté fait parfois oublier qu'il ne se pose pas sur les caméras en elle-même mais bien sur l'usage qui en est fait.
L'installation de caméras pour la surveillance de bâtiments sujets à des dégradations régulières vise à dissuader leurs auteurs d'en commettre de nouvelles. L'opération est finançable grâce aux économies réalisées sur les réparations liés à la baisse des dégradations. Ces dispositifs ont déjà été testés sur la ville et ont fait leur preuve.
L'autre usage possible des caméras consiste à les installer sur l'espace public afin de surveiller l'activité pour prévenir toutes formes de délinquance (agressions, détériorations, trafics de drogue...etc). Force est de constater que ces dernières ne font que déplacer le problème puisque une fois la caméra repérée, les actes délictueux se font hors champs. Les retours d'expérience sur ces dispositifs montrent que ni les taux d'élucidation des crimes/délits, ni les niveaux de délinquance ne s'améliorent suite à leurs installations.
Nous comprenons le caractère rassurant de ces installations et leurs retombées électoralistes attendues, mais avec un coût de fonctionnement annuel de 25 000 € par caméra, combien d'agents de proximité pourraient être embauchés pour faire un travail de terrain qui lui, a fait ses preuves ?

Contact : elus.ecologistes@mairie-reze.fr 
www.elusecologistesreze.fr

Groupe de la minorité - Rezé à gauche toute !

A propos d’une délégation d’élus municipaux en Palestine.

Le maire a pris l’initiative d’associer l’ensemble des groupes municipaux (majorité et opposition) dans une délégation qui se rendra du 28/11 au 3/12/17 en Palestine, à Abu Dis, ville avec laquelle Rezé a un partenariat. Rezé à Gauche Toute en sera.
Il est légitime que les citoyen-ne-s rezéens s'interrogent sur le bien-fondé de ce déplacement.
Abu Dis est une commune de 15 000 habitants située dans la banlieue de Jérusalem-Est. Elle est maintenant coupée de cette ville par un mur de séparation de 8 m de hauteur, construit sans concertation par l’État israélien : ainsi, alors qu’il n’y a que 3 km pour rejoindre Jérusalem, il faut en faire 15 pour tenter de l’atteindre en passant par des points de contrôle obligatoires. Les militaires israéliens investissent régulièrement Abu Dis pour arrêter sans motif des militants palestiniens.
Il ne s'agit donc pas d'un voyage d’agrément dans une ville balnéaire de la Mer Morte.
Les élu-e-s vont rendre visite à une population consignée et lui redonner ainsi l'espoir de n'être pas oubliée du reste du monde. Ils/elles porteront le témoignage de leur solidarité.
Les citoyen-ne-s rezéen-ne-s peuvent s'y associer par des actions de soutien, comme le parrainage ou la demande de libération de prisonniers politiques palestiniens, incarcérés dans les prisons israéliennes au mépris du droit international.

Contact : rezeagauchetoute@gmail.com

Groupe d'opposition - LR, NC, DD Ensemble pour Rezé

L’art et la manière dans la gestion des fonds publics.

Après les soucis d’inconfort thermique rencontrés à l’auditorium, voilà qu’apparaissent les mêmes problèmes sur la façade rénovée de la piscine !
Cela deviendrait-il une marque de fabrique rezéenne ?
Il est quand même surprenant que l’on découvre qu’une façade vitrée exposée sud sud-ouest reçoive un rayonnement solaire ! Même si BARBARA chantait « il pleut sur Nantes » et que nous sommes effectivement dans une région pluvieuse, il y a là un manque flagrant d’analyse et de conseils.
Alors de quelle incompétence relève tout cela ?
De ceux qui décident des travaux (l’adjoint municipal qui en a la charge) ou ceux qui les réalisent (architecte et bureau d’étude…) ?
Ces surcoûts de travaux s’ajoutent aux différents avenants précédemment signés et qui font qu’entre le montant initial voté et le montant final, une différence significative existe.
Elle est supportée par le contribuable, 33 000 € pour l’auditorium ; 18 000 € pour la piscine, soit plus de 50 000€ d’argent public.
En Conseil municipal nos élus, sur le problème rencontré à l’auditorium ont unanimement demandé qu’une procédure soit engagée ; A ce jour rien n’a été fait et rien ne sera fait !
Commettre une erreur est excusable, la répéter inadmissible, enterrer le dossier devient coupable.

Groupe des élus de la droite et du centre
« Ensemble pour Rezé avec Philippe SEILLIER »
www.reze-avenir.fr   Tél : 06.51.74.48.83