Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Expressions politiques > Archives 2016 > Octobre 2016

Octobre 2016

Groupe de la majorité - Parti socialiste

Renouveler le dialogue

« Sans cesse, sur le métier, il faut remettre l’ouvrage ». Tout le monde connaît ce vieil adage. Mais il ne doit pas rester un vœu pieux.

A Rezé, nous parlons beaucoup, souvent, de dialogue citoyen, de démocratie de proximité, de concertation. Et nous mettons en œuvre, autant que possible, partout où cela est nécessaire, des dispositifs qui favorisent l’échange et la coconstruction.

Ce qui nous importe, en tant qu’élus, c’est de préserver et de défendre cette valeur essentielle qu’est celle de la démocratie. Nous ne pouvons pas prendre des décisions importantes pour la ville dans des cercles fermés. Nous voulons que les citoyens rezéens soient impliqués.

Mais, il y a une chose à laquelle nous devons veiller : personne ne doit être reléguée au silence. Il arrive parfois que certains se disent : « Ce n’est pas fait pour nous ! »… Avec de nouveaux dispositifs de quartier, nous souhaitons ouvrir au plus grand nombre la possibilité de se faire entendre, de participer, d’être acteur de la vie locale, d’être force de proposition et sujet de la concertation.

Et puis, il y a un moment essentiel dans la vie démocratique locale : l’évaluation. Il ne suffit pas de mettre en place des politiques publiques, il faut aussi être capable de les évaluer objectivement. C’est le sens et le rôle d’un nouveau dispositif, « l’observatoire des politiques publiques ». Il s’agit de permettre aux citoyens de se saisir des politiques menées par la majorité de Rezé, et d’y apporter un regard critique objectif pouvant améliorer les choses.

C’est un pari difficile, mais nous voulons le gagner !

Le groupe PS

Groupe de la majorité - Parti communiste

Résister et construire

Résister et construire le progrès social : cette idée n’est certes pas neuve. En leur temps, les Résistants progressistes, œuvrant à la Libération de la France, surent mettre en œuvre, avec le programme du Conseil National de la Résistance, des idées novatrices, contribuant à l’émancipation humaine. De la création de la Sécurité sociale à l’extension des droits des salariés, du droit de vote des femmes aux nationalisations de pans essentiels de l’activité économique du pays, c’est ce combat, payé parfois de leur vie – à l’exemple de l’exécution des Résistants, otages de Nantes et de Châteaubriant, dont nous célébrons cette année le 75e anniversaire – qui a montré le chemin.

Depuis lors, l’action conjuguée du monde du travail, des élus progressistes et singulièrement communistes, a permis de grandes avancées sociales, toujours dans une démarche de rassemblement. Ainsi, Rezé, ville de gauche, peut s’enorgueillir d’avoir mis en place nombre de services publics et équipements répondant aux besoins d’une population salariée souvent modeste. Des équipements scolaires, sportifs ou culturels aux activités qui s’y attachent, au soutien à une vie associative riche, l’équipe municipale actuelle poursuit cette œuvre, dans les conditions de notre temps.  Les remises en cause actuelles, à l’instar de la nouvelle loi travail ou des baisses de dotations de l’Etat envers les collectivités, rendent d’autant plus actuels les combats menés par les générations précédentes.

groupecommuniste@mairie-reze.fr

Groupe de la majorité - Les Verts

Des ponts plutôt que des murs !!!

Avec une durée sans précédent de plein soleil sans eau, nous avons connu un été problématique pour la santé des personnes âgées, pour la production agricole et pour la sauvegarde de multiples espaces naturels en proie aux flammes, y compris dans notre région.

Cette météo, agréable sur un temps de vacances, dans un pays où toutes les innovations techniques sont accessibles, et où malgré tout il est aisé de trouver ombre et eau fraîche, a des conséquences dramatiques en d’autres lieux de la planète.

Les écologistes ont sans doute été les premiers à parler de « réfugiés climatiques ». Kesako ? Ce sont des populations poussées à la migration par les effets du changement climatique, sur la production agricole, sur la ressource en pêche, sur le déboisement ou même simplement sur la ressource en eau pour l’alimentation humaine. La situation est telle qu’elles ne peuvent espérer survivre sur leur territoire d’origine.

Plutôt qu’ériger des murs pour les freiner, nous avons la double responsabilité de les accueillir. D’une part par principe de solidarité, d’autre part parce que nous sommes en partie responsable du dérèglement climatique qui les fait fuir de chez eux. Un principe de compensation en quelque sorte.

Parallèlement, nous devons réellement orienter drastiquement notre mode de vie, afin de ralentir ce changement climatique, à défaut de l’inverser.

Nous ne voulons pas assister à la désagrégation du vivre ensemble, après avoir assisté à celle de notre planète….

Pour aller plus loin :  http://blog.elusvertsdereze.org/    
Contact :  elus.ecologistes@mairie-reze.fr

Groupe de la minorité - Rezé à gauche toute !

La transition énergétique, c'est pour quand ?

75% de notre énergie provient des fossiles -pétrole, gaz, charbon- et 15% du nucléaire.

Comment réduire cette dépendance économique et géopolitique, et les risques -réchauffement climatique, accident nucléaire- qui nous menacent ?

Développer les renouvelables -solaire, éolien, biomasse- oui, bien sûr, mais l'équation ne fonctionne que si l'on réduit aussi fortement les consommations : transports, bâtiments, industrie...

C'est à une modification de nos modes de vie que nous sommes confrontés. Pas facile.

Alors, subir ou agir ? Pour nous, c'est agir.

Individuellement, certes, mais surtout dans un cadre facilité par la collectivité, qui doit initier et accompagner le changement, dessiner et partager un avenir désirable, et le rendre possible, même s'il chamboule nos habitudes.

Exemple : il faut drastiquement réduire la part de la voiture (électrique ou pas...). La transition ne fonctionnera que s'il est moins cher et plus commode de prendre le train ( non l’avion) pour les moyennes  distances, et plus agréable de prendre le vélo ou les transports collectifs pour les courtes.

Aux collectivités et à l'Etat de mettre les -gros- moyens pour que ce basculement s'opère.

On en est encore loin : peut- on engager sérieusement la transition énergétique lorsque l'on impose la "rentabilité" à la SNCF (tout en la privatisant), et que l'on continue d’exonérer l'aviation de taxe sur le carburant ?

Vous avez votre réponse à cette question, et le pouvoir de l'imposer en élisant ceux qui pensent comme vous.

Contact :  rezeagauchetoute@gmail.com

Groupe d'opposition - LR, NC, DD Ensemble pour Rezé

Non à la maison relais

Comment s’opposer à la construction d’une maison relais qui permet à une population en situation de grande exclusion et désocialisée de se réadapter dans un  environnement adapté, convivial et encadré ?

On ne peut être que d’accord sur l’intention visée et l’intérêt que présente une maison relais car son principe est bon, puisqu’il ne s’agit pas d’accéder à un logement temporaire mais d’avoir accès à un logement durable pour la réussite à plus ou moins long terme d’une  réinsertion sociale.

Malgré cela les élus de la Droite et du Centre ont en conscience décidé de s’opposer à l’implantation de cette maison relais dans le quartier de la Balinière à Rezé.

Pourquoi ?

Parce qu’il est important de se projeter sur les conséquences de cette implantation à l’endroit choisi et de répondre aux questions et inquiétudes des riverains qui à l’annonce du  projet préalable avaient déjà formulé de nombreuses craintes.

Malgré cela la majorité municipale et le débat citoyen qu’elle prône, ni n’écoute ni ne rassure ici les résidents alentours sur les points qu’ils soulèvent.

Peut-on reléguer pour cause de bons sentiments les inquiétudes de ceux-ci qui s’ils ne sont pas hostiles à cette démarche de réinsertion, sont simplement en tant que pères et mères de famille inquiets de ne pas vraiment savoir qui seront demain ces « hôtes » que croiseront leurs enfants ?

La proximité d’une école primaire et du centre musical avec l’implantation de certaines personnes ne porte –telle pas en germe une dangerosité latente pour les populations faibles alentour ?

Groupe des élus de la droite et du centre
«  Ensemble pour Rezé avec Philippe Seillier   »
www.reze-avenir.fr    - Tél :06 51 74 48 83