Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > Rezé prépare son budget 2018

Rezé prépare son budget 2018

Publié le 13 février 2018

Poursuivre le développement de la ville, répondre aux besoins de tous les habitants. Tout en maintenant une situation financière saine. Vendredi soir, les élus ont fixé le cap pour les années à venir à travers le débat d’orientation budgétaire.

Conseil_Anais_Gallais_760 (Agrandir l'image).

Anaïs Gallais, adjointe au maire en charge des finances a présenté les orientations budgétaires.

Il a lieu avant le vote du budget. Le débat d’orientation budgétaire s’est tenu vendredi 9 février lors du conseil municipal. Plus qu’un passage en revue des ressources et des dépenses de la commune pour l’année 2018, il traduit les choix politiques de l’équipe municipale. Ce débat marque notre volonté de bâtir une ville au cœur de la métropole qui profite à l’ensemble des Rezéens, affirme le maire, Gérard Allard.

Préparation budgétaire plus sereine

Le contexte national a évolué, souligne le maire. La croissance repart à la hausse et surtout l’État cesse de réduire ses dotations aux collectivités : un soulagement ! En quatre ans, la Ville a perdu 6,7 millions d’euros. Une situation sans précédent à laquelle Rezé a su faire face. Nos efforts et notre gestion exemplaire ont permis de préserver la situation financière de la commune. La Ville bénéficie de recettes supplémentaires grâce à l’arrivée de nouveaux habitants. Et de futures sont attendues avec l’installation du Marché d'intérêt national (MIN) en 2019.

Taxe d’habitation : la Ville attend les compensations de l’Etat

Pour 80% des contribuables, la taxe d’habitation sera supprimée (en plusieurs années). Une bonne nouvelle pour les habitants, pas pour les collectivités, indique Anaïs Gallais, adjointe au maire en charge des finances. La taxe habitation représente plus de 22% de nos recettes globales. L’État s’est engagé à compenser la perte pour les collectivités à l’euro près. Espérons qu’il tienne ses engagements.

Investir pour demain

Si la prudence reste de mise, la Ville entend bien accompagner le développement du territoire. La plupart des communes ont baissé de façon drastique leur budget d’investissement ces dernières années. À Rezé, c’est l’inverse ! En 2018, nous prévoyons plus de 9 millions d’euros dédiés aux équipements, expose Anaïs Gallais. De nombreux projets sont sur les rails : la reconversion sportive de la halle de la Trocardière, la création d’un skate-park et l’aménagement du parc Paul-Allain au Château, le réaménagement du groupe scolaire Ouche-Dinier, l’extension du restaurant de l’école du Chêne-Creux, ou encore l’installation de la vidéoprotection. De grands projets sont toujours en cours :  les travaux du groupe scolaire La Houssais, du restaurant Salengro, la mise en accessibilité des bâtiments communaux, la création d’un multi-accueil pour les 0-3 ans au Chêne-Gala. Des actions financées à 80% par nos ressources propres, précise l’élue, sans augmenter les impôts.

Réactions

Les écologistes se disent globalement en accord avec les orientations budgétaires. Les communistes dénoncent la réduction de l’autonomie financière des collectivités induite par la réforme de la taxe d’habitation. L’union démocratique bretonne appelle à se battre pour une vraie autonomie des communes, départements et régions vis-à-vis de l’État. Les élus de droite et du centre évoquent des prévisions financières trop optimistes. Rezé à gauche toute ! estime que le budget de fonctionnement stagne et qu’il pourrait entraîner une baisse du service rendu aux habitants. Le maire rappelle que la Ville a passé un cap difficile avec les coups de rabot successifs de l’État, mais la municipalité ne renonce pas à ses priorités en 2018 que sont : Le soutien au Château, la tranquillité publique, les politiques éducatives, et l’accompagnement des seniors. Prochaine étape : le vote du budget au conseil municipal le 30 mars prochain.

 

Egalité femmes-hommes : Rezé s’engage !

Les élus du conseil municipal se sont engagés à l’unanimité en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. La Ville va adhérer à une charte européenne et lancer un plan d’actions.

En matière d’égalité femmes-hommes, Rezé est déjà bon élève. Un conseil municipal paritaire, une direction des services municipaux qui fait la part belle aux femmes, des initiatives ici et là portées par les différents services. « Ces actions restent néanmoins dispersées et ponctuelles , explique Charlotte Prévot, conseillère municipale en charge de la lutte contre les discriminations. Nous voulons aujourd’hui aller plus loin. Être exemplaire en tant qu’employeur d’une part, et au sein de nos politiques publiques, d’autre part. Nous nous attacherons également à améliorer le soutien et l’accompagnement des femmes victimes de violence. »

Signature d’une charte européenne

Première étape : la signature de la Charte européenne pour l’égalité femmes-hommes dans la vie locale. « Pour marquer notre engagement et bénéficier du retour d’expérience d’autres collectivités , explique Charlotte Prévot. Nous réaliserons ensuite un état des lieux qui débouchera sur un plan d’actions. »
À venir également : des opérations de sensibilisation auprès des habitants notamment le 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes et des formations pour les élus et agents municipaux. « Nous nous appuierons sur des partenaires locaux, la Métropole, le Département ainsi que des associations spécialisées. »

Conseil unanime

Tous les élus de la majorité et de l’opposition ont salué cette initiative.

 

ZAC des Isles : la majorité dit oui à la ville nature

ZAC-des-Isles-760 (Agrandir l'image).

L'urbaniste Frédéric Bonnet avec le maire, Gérard Allard, devant la maquette du projet.

Le projet de création d’une Zone d’aménagement concerté (ZAC) dans le secteur Pirmil-les Isles avance. Vendredi, le conseil municipal a émis un avis sur le bilan de la concertation et sur l’étude environnementale.

D’ici 2030-2035, un nouveau quartier, pensé comme une « ville nature » en lien avec la Loire, sera sorti de terre face à l’Île de Nantes. Le site de 150 hectares accueillera 3 300 logements, des commerces, des équipements publics et des bureaux.

Les communistes rappellent que la concertation menée avec les habitants depuis 2015 a montré leur intérêt porté à juste raison sur l’aménagement et la transformation d’un vaste espace aujourd’hui en friche. Les élus de droite et du centre sont favorables à l’avis mais estiment qu’il arrive trop tôt : l’étude environnementale doit être revue par l’État suite à l’abandon du transfert de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Les écologistes saluent l’apport et la vision de l’urbaniste Frédéric Bonnet. Les élus de Rezé à gauche toute ! regrettent que la densification ne soit pas raisonnée et raisonnable.

Le maire rappelle l’importance de ce projet qui constitue un levier pour le reste du territoire rezéen et une réponse à l’étalement urbain : la ville se construit sur elle-même, et autrement. Nous voulons une ville nature, coopérative, paisible et inventive. Sept élus de l’opposition se sont abstenus, trois ont voté contre (Rezé à gauche toute !). Prochaine étape : la présentation de ce bilan au conseil métropolitain le 16 février.

 

En bref

La parole était aux jeunes en ouverture du conseil

Le conseil municipal s’est ouvert en musique. Une dizaine de jeunes du Château âgés de 10 à 14 ans sont venus interpréter leurs propres chansons créés au cours de l’atelier rap du centre socioculturel Château. Des textes contre le racisme, la violence véhiculant des messages de solidarité écoutés avec attention par les élus. Les jeunes étaient accompagnés de deux artistes de l’association Kontrat-Dixion. 

 

Partenariats renouvelés

Plusieurs conventions de partenariat sont renouvelées. Celle avec l’association Bretagne Vivante. Son action permet à la Ville de mieux connaître la faune et la flore des espaces verts et naturels à Rezé. L’association apporte également son expertise pour organiser la gestion de ces espaces. La convention avec le Centre nautique Sèvre et Loire (CNSL) est également reconduite. L’association participe activement au dynamisme du quartier Trentemoult. Un terrain de 2 100 m² est mis à disposition du CNSL pour ses activités.

« Je suis volontaire » pour les jeunes Rezéens

Expérimenté dans le quartier Château, le dispositif « Je suis volontaire » est désormais déployé à l’échelle de la Ville. Il permet aux jeunes âgés de 17 à 25 ans de recevoir une aide financière (jusqu’à 600 euros) pour leur projet d’insertion (permis de conduire, formations…). En échange, ils doivent réaliser des missions d’intérêt général. L’an dernier, 15 jeunes en ont bénéficié.

Accessibilité des bâtiments communaux

Dix bâtiments communaux seront aménagés en 2018 pour être accessibles aux personnes en situation de handicap. Montant des travaux : 388 780 euros HT. Ces aménagements sont réalisés dans le cadre de l’Ad’Ap (agenda d’accessibilité programmé). En 2024, l’ensemble des bâtiments communaux seront accessibles.

Commentaire(s)