Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > Le logement au cœur du débat

Le logement au cœur du débat
Thème : Conseil municipal

Publié le 21 novembre 2014

Un projet de logements à l’ordre du jour : chemin de la Motte. Un autre qui ne l’était pas : les Naudières. La majorité et l’opposition ont confronté leurs points de vue.

Salle du conseil municipal (Agrandir l'image).

Salle du conseil municipal

La Ville vend trois anciennes maisons mitoyennes, dégradées par la succession de squats, chemin de la Motte (5, 9 et 13). L’acheteur, le promoteur Ataraxia, propriétaire d’un terrain adjacent réalisera sur l’ensemble du site, à proximité de la Sèvre, un ensemble de 63 logements pour une surface plancher de plus de 4 000 m². Les sept élus de droite se sont abstenus sur cette délibération pointant le trop grand nombre de logements dans  un quartier vert, un site qui ne s’y prête pas .

 Nous avons rencontré le promoteur et lui avons donné nos exigences environnementales pour ce site  , a répondu Yann Vince, rappelant la situation privilégiée de la Ville riche de 20 hectares d’espaces verts.  Ce projet qui s’insère bien dans le paysage est conforme à la réglementation ; il est une réponse à de nombreuses demandes de personnes qui souhaitent vivre à Rezé.  Sur les 63 logements, 30% seront des locatifs sociaux et 10% locatifs abordables.

Vue aérienne du parc des Naudières. (Agrandir l'image).

Vue aérienne du parc des Naudières.

Un autre projet est entré dans le débat bien qu’il ne fut pas à l’ordre du jour : les Naudières avec le projet de 56 logements sur un terrain vendu par l’évêché à la Cogedim. Philippe Seillier (UMP), se présentant comme porte-parole de l’association Vivre autour des Naudières, a entrepris le maire sur ce dossier :  Les habitants vous demandent d’œuvrer de votre pouvoir pour faire du site des Naudières un parc protégé .

Après s’être étonné que  l’UMP récupère politiquement  ce dossier, Gérard Allard, maire de Rezé, a rappelé avoir rencontré à trois reprises l’association.  Au cours de ces rencontres, j’ai précisé le souci de la Ville à préserver ce site de plus de 5 hectares. Mais en l’occurrence, le permis de construire qui est en cours d’instruction est réglementaire et conforme au PLU. Il concerne une parcelle où la Cogedim programme d’y construire 56 logements. Si la Ville s’y opposait, elle ne serait pas du côté du droit. Quant au reste du terrain, l’évêché n’est pas vendeur. Il sait notre intérêt et notre vigilance à préserver ce patrimoine vert et bâti. 

Une réunion publique sur le projet est programmée avec les riverains le 27 novembre.

Résultats de l’audit financier en décembre 

Les élus de l’opposition Rezé à gauche toute et la droite ont en quelque sorte voulu prendre de l’avance sur le débat d’orientation budgétaire (DOB) qui se déroulera lors du prochain conseil  décembre. De concert, ils ont émis des inquiétudes sur le possible report de certains projets comme la maison des associations au Château de la Classerie, la crèche à la Blordière, le gymnase de Trentemoult, les travaux à la piscine.

L’UMP a profité du vote de la décision modificative de 800 000 € (ce qui permet d’ajuster les crédits destinés à régler les dépenses) pour demander à ce que la municipalité rende public l’audit financier.  Il sera présenté lors du DOB en décembre au cours duquel nous débattrons des priorités à donner en termes d’investissement et de fonctionnement , a répondu le maire.

Structures de musiques et voix au diapason

Interrogé par les élus de l’opposition sur le futur établissement public de coopération culturelle (EPCC), le maire en a rappelé les objectifs. Il s’agit de donner une structure juridique à un projet musical d’envergure autour de musique et de la voix.  L’EPCC garantit l’engagement de la collectivité pour la pérennité et le financement du projet. Il réunira l’Arc, l’Aria, l’école municipale de musique et de danse ainsi que la Barakason. C’est lui qui gérera l’auditorium. 

Si la Barakason intègre l’EPCC, le centre socioculturel du Château pourra se recentrer sur son projet social qui est l’accompagnement des habitants, notamment des jeunes, de ce quartier prioritaire de la politique de la ville (ce qui signifie que des moyens sont accordés par l’Etat pour réduire les inégalités entre les territoires).

Contact

Le registre complet des délibérations est consultable en mairie.

Informations :
Tél. +33 (0)2 40 84 43 84
Formulaire de contact