Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > La Ville mobilisée pour les enfants

La Ville mobilisée pour les enfants

Publié le 28 décembre 2016

Au conseil municipal du 16 décembre 2016, les élus ont adopté une nouvelle carte scolaire, plus simple et plus souple. Autre décision importante : de nouvelles actions pour améliorer l’offre d’accueil des jeunes enfants. Parmi elles : la construction d’une crèche multi-accueil.

Mieux répartir les enfants dans les écoles publiques de la ville et mieux répondre aux besoins des parents en quête de structures d’accueil pour leurs tout-petits. Au conseil municipal du 16 décembre 2016, les élus se sont engagés pour les plus jeunes Rezéens. Une nouvelle carte scolaire a été votée. Le cap de la politique petite enfance a été réaffirmé et les actions prioritaires identifiées.

Adapter la carte scolaire

Certaines écoles publiques sont surchargées, d’autres moins, explique Christine Coutant, adjointe au maire déléguée à l’éducation. En cause : des quartiers qui se développent plus vite que d’autres. La carte scolaire doit évoluer pour équilibrer les effectifs dans les écoles et favoriser la mixité sociale. Parmi les nouveautés : la création de deux zones mixtes. Au sud, entre les écoles Ragon et Ouche-Dinier, et au nord, entre les écoles Port-au-Blé et Salengro. Sur ces périmètres, les enfants sont dirigés vers l’une des deux écoles, en fonction de leur capacité d’accueil. Autre changement : les contours de certains périmètres qui seront simplifiés. La nouvelle carte scolaire s’appliquera aux nouveaux élèves dès la rentrée 2017. Les élus de Rezé à gauche toute ! jugent la réponse insuffisante et invitent à faire une pause dans le développement urbain de la ville. Le maire rappelle que Rezé est une ville accueillante et que l’arrivée progressive de nouvelles familles avec la ZAC des Isles se prépare déjà. Il sera nécessaire d’y installer un nouveau groupe scolaire. Une réflexion que nous allons partager avec la Ville de Nantes.

 

Une nouvelle crèche multi-accueil

Plus de 700 enfants de moins de quatre ans ont été accueillis dans les structures municipales en 2015. Nous devons aujourd’hui augmenter et améliorer l’offre dans nos établissements, indique Sylvie Le Blan, adjointe au maire en charge de la petite enfance. Pour mieux répondre aux besoins des parents et favoriser l’épanouissement des enfants. Plusieurs actions vont être engagées par la Ville dans les prochaines années. Une nouvelle structure de 42 places sera par exemple construite sur le site du Chêne-Gala. Y seront notamment regroupées les deux haltes-accueils Enfantine Bleue et Pirouette Galipette. Des structures seront également accompagnées par la Ville comme la crèche interentreprises à venir d’ici 2018 au Port-au-Blé. Un projet porté par Crèches de France. Des partenariats sont aussi sur les rails. En particulier avec l’Association nantaise d'aide familiale (Anaf) pour aider les familles en insertion socioprofessionnelle. Notre ambition à travers toutes ces actions : proposer une offre diversifiée et complémentaire qui corresponde aux modes de vie de chacun. Les élus ont voté à l’unanimité le projet de la Ville pour améliorer l’accueil des 0-3 ans. 

 

EN BREF

Soutien à Alep

Le conseil municipal manifeste son soutien aux habitants de la ville d’Alep, détruite et affamée après trois mois de siège. Une subvention exceptionnelle de 1 000 euros sera versée au Comité international de la Croix-Rouge pour venir en aide aux civils syriens. Dominique Poirout, adjointe au maire déléguée aux relations internationales invite à ne pas oublier Alep après le cessez-le-feu et appelle à une mobilisation internationale pour aider la ville à se reconstruire, à panser ses plaies et faire respecter les principes humanitaires universels. Une banderole en soutien aux habitants d’Alep est apposée au fronton de la mairie de Rezé depuis le 10 décembre. 

 

Investir pour les jeunesses

Le projet « Agir ensemble pour l’émancipation des jeunes » présenté par Rezé, Nantes, Saint-Herblain et Orvault, a été sélectionné dans le cadre du programme d’investissement d’Avenir jeunesses lancé par l’État. A la clé : 4, 539 millions d’euros pour mettre en œuvre 14 actions en direction des 13-30 ans d’ici à 2021. Rezé recevra jusqu’à 350 000 euros pour réaliser sept de ces actions. Parmi elles : la découverte des métiers et de l’entreprenariat collectif, l’aide aux projets de jeunes, l’éducation et la création numérique. La Galerie numérique sera en partie financée grâce à ce partenariat , précise Claude Lumineau, adjoint au maire délégué aux jeunesses. « Le soutien de l’État est précieux. »  

 

Ouverture le dimanche

Le conseil municipal s’est prononcé en faveur de l’ouverture des commerces les deux dimanches avant Noël : le 17 décembre 2017 de 12h à 19h uniquement pour les commerces de centre-ville et le 24 décembre 2017 de 10h à 17h pour l’ensemble des enseignes. Sous réserve de l’accord territorial signé avec les partenaires sociaux, ajoute Christian Brochard, adjoint au maire en charge des commerces de proximité. Les centres automobiles seront par ailleurs autorisés à ouvrir cinq dimanches par an. Les élus ont également approuvé l’ouverture de la médiathèque Diderot certains dimanches à titre expérimental. Pour des événements ponctuels dans un premier temps, précise Philippe Puiroux, conseiller municipal délégué à la culture. Si le public est au rendez-vous, nous pourrions étendre l’ouverture à d’autres dimanches. Une réflexion à laquelle le personnel de la médiathèque sera associé. Coup d’envoi de l’expérimentation : dimanche 22 janvier à 15h avec le spectacle Chantiers navals.

A lire aussi : les vœux du conseil métropolitain concernant l'ouverture des commerces le dimanche en 2017, en page 5 du compte-rendu sommaire du conseil métropolitain du 16 décembre 2016

 

Opposition au traité de libre-échange

Les élus de la majorité municipale et de Rezé à gauche toute ! manifestent leur inquiétude face au CETA, le nouveau traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada, soumis au vote du parlement européen début 2017. Une opposition motivée par « le risque de marchandisation des services publics » . Le conseil municipal demande aux députés de rejeter « ce traité commercial toxique » .

 

Coopération Rezé-Ronkh

Dans le cadre de la coopération décentralisée avec la commune de Ronkh au Sénégal, la Ville de Rezé participe au financement d’un programme d’évacuation des eaux pluviales à Diawar et d’accès à l’eau potable à Thiagar. L’opération estimée à 225 627 euros sera réalisée grâce notamment aux concours de la Ville de Rezé, l’Agence de l’eau Loire Bretagne et Nantes Métropole et la Ville de Commercy. Les élus ont autorisé la signature d’une convention de coopération avec la commune de Ronkh. La participation financière de la Ville de Rezé s’élève à 23 000 euros, celle de Nantes Métropole à 59 000 euros et celle de l'Agence de l'eau Loire Bretagne à 86 835 euros.

 

 

Partenariat renouvelé avec les CSC

C’est reparti pour cinq ans. La Ville va signer une nouvelle convention de partenariat avec chacun des quatre centres socioculturels (CSC) ; l’ancienne convention expirant au 31 décembre 2016. « C’est le résultat d’un travail mené pendant un an avec les CSC et la Caisse d’allocations familiales qui apporte des financements, indique Claude Lumineau, adjoint au maire en charge de la vie associative. Le cap avait été fixé au conseil municipal du 30 septembre dernier avec la signature d’un pacte de coopération. La convention de partenariat établit à présent les objectifs d’intérêt général partagés avec la Ville. » Rezé à gauche toute ! déplore « le manque d’autonomie des CSC » . Les Républicains regrettent que « le quartier Pont-Rousseau ne dispose pas lui-aussi d’un centre socioculturel » . Le maire propose « d’engager une réflexion sur ce quartier en lien avec l’Amicale laïque Pont-Rousseau (AEPR), très active dans le quartier. »

 

Château de la Classerie

Une des ailes du château de la Classerie va être démolie pour ouvrir davantage le parc sur la rue. Cette aile orientée sud/sud-ouest ne présente aucun intérêt architectural et n’est pas fonctionnelle, explique Didier Quéraud, conseiller municipal en charge des bâtiments communaux. Sa démolition permettra également de créer un cheminement piéton pour les personnes à mobilité réduite.

Contact

Le registre complet des délibérations est consultable en mairie.

Informations : 
Tél. +33 (0)2 40 84 43 84          
Formulaire de contact