Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > La Ville fait face avec moins d'argent

La Ville fait face avec moins d'argent
Thème : Conseil municipal

Publié le 8 février 2016

En mars, les élus voteront le budget. Mais auparavant, ils en ont débattu lors du conseil municipal du 6 février 2016. Avec cette question épineuse : comment continuer à investir et à offrir des services publics avec moins d’argent ?

Salle du conseil municipal (Agrandir l'image).

Salle du conseil municipal

Le contexte ? Les habitants le connaissent pour l’avoir lu ou entendu dans la presse nationale : l’Etat demande aux collectivités de participer au remboursement de la dette nationale et la croissance économique qui patine jusqu’alors.
Conséquence immédiate : la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités. Pour Rezé, cela équivaut à 10% de recettes en moins. Soit 1,1 million de perte. Ce n’est pas une paille ! Et ce n’est pas fini. D’ici 2020, les recettes pourraient diminuer de 4,4 millions d’euros en raison d’autres coups de rabot. Pour bien comprendre, en 2010, la Ville recevait 9,5 millions de la part de l’Etat. En 2020, elle pourrait n’en recevoir que 4 millions. Voici pour le contexte financier local.
De l’autre côté, des habitants qui attendent des services : des écoles, la restauration municipale, le périscolaire, des équipements sportifs, culturels, des transports en commun, des bâtiments accessibles, des loisirs pour les enfants, des aides aux associations, aux personnes en difficulté, des logements, des réunions de concertation pour participer aux projets de la ville,  … Tous ces services, dont la liste est longue, ont un coût. Quand on parle de masse salariale de la collectivité, il s’agit bien de femmes et d’hommes employés par la Ville qui remplissent ces services rendus aux habitants.

Quels leviers ?
Sur quels leviers la Ville peut-elle agir ? « Nous n’allons pas supprimer d’emplois mais nous n’allons pas augmenter les effectifs, a déclaré le maire, Gérard Allard. Nous n’allons pas baisser la somme totale que nous donnons aux associations mais nous allons regarder attentivement leurs trésoreries pour mieux répartir. Nous devons gagner 1,8% sur nos dépenses courantes. Nous maintenons nos investissements à 7 millions par an pour continuer à contribuer à l’attractivité de notre territoire. Nous recourrons à l’emprunt. Il est possible que ces efforts ne suffisent pas et que nous soyons obligés d’augmenter les impôts. »

Les réactions des élus
Chaque groupe a alors pris part au débat. Les Républicains déplorent que « les Rezéens imposables paient une hausse des impôts à Nantes Métropole et une autre à Rezé ». Rezé à Gauche toute demande « une commission des finances avec des représentants de la société civile ». L’Union démocratique bretonne demande « une autonomie fiscale des villes, des métropoles et des régions ». Les Verts déclarent qu’il n’est « plus possible de répondre à toutes les demandes, que ce soit en qualité ou en quantité ». Le parti communiste français « partage l’objectif d’agir sur plusieurs leviers visant à ne pénaliser ni les Rezéens, ni le service public ni notre capacité d’investissements ». Rendez-vous est donné aux Rezéens le 25 mars 2016 pour le vote du budget par les élus du conseil municipal.

 

En bref

Stationnement modifié à Pont-Rousseau

Le quartier Pont-Rousseau est un quartier de métropole à part entière. Avec des logements, transports en commun, des services, des commerces mais aussi des voitures qui stationnent parfois la journée entière. Pour favoriser la rotation des véhicules et libérer des places pour les clients des commerces et pour les riverains, la Ville a décidé d’étendre la zone payante. Les commerçants ont tous été rencontrés par le premier adjoint, Christian Brochard. S’est ensuivie une réunion avec eux et deux réunions avec les riverains pour présenter le projet de nouvelle réglementation du stationnement qui sera mise en place en avril. Il y aura des tarifs horaires, des tarifs abonnements et la possibilité d’une tarification sociale pour les personnes ayant de faibles revenus. Nous reviendrons sur toutes ces modalités en avril sur www.reze.fr et dans le Rezé Mensuel d’avril 2016..

 

Programme local de l’habitat

La Ville de Rezé a confirmé son engagement à soutenir le dynamisme de la métropole dont l’objectif est de construire 6 000 logements par an. Il faut savoir que l’augmentation de la population est, pour 87%, due au solde naturel. C'est-à-dire aux enfants des Nantais et des métropolitains. Seuls 13% sont de nouveaux habitants venant d’autres régions. Pour Rezé, cela revient à construire 320 logements par an dont 112 logements sociaux. Aujourd’hui, la Ville construit 20% de logements sociaux, d’ici 2025, le seuil sera de 25%. Des opérations telles que la Jaguère et le Vert Praud y contribuent largement.

 

 

 

 

 

Contact

Le registre complet des délibérations est consultable en mairie.

Informations : 
Tél. +33 (0)2 40 84 43 84  
Formulaire de contact