Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > Comptes 2016 : la Ville tient ses engagements

Comptes 2016 : la Ville tient ses engagements

Publié le 23 mai 2017

Au conseil municipal du 19 mai 2017, les comptes 2016 de la Ville ont été passés au peigne fin. Les engagements pris l’an dernier ont été tenus, malgré le contexte financier contraint.

L'adjointe au maire en charge des finances, Anaïs Gallais, a présenté les comptes 2016 de la Ville. (Agrandir l'image).

L'adjointe au maire en charge des finances, Anaïs Gallais, a présenté les comptes 2016 de la Ville.

Les équilibres financiers sont respectés, annonce Anaïs Gallais, adjointe au maire déléguée aux finances. Dans des conditions pourtant difficiles : nous avons perdu un million d’euros de dotations de l’État l’an passé.Le 19 mai dernier, les élus ont adopté les comptes administratifs pour l’année 2016. Un moment important dans la gestion des deniers publics de la collectivité puisqu’il permet de vérifier la bonne exécution du budget. En clair : l’adéquation entre les objectifs fixés par les élus et les résultats. 

Bonne santé financière

Rezé est moins dépensière que les villes de même strate, précise Anaïs Gallais. Notamment pour ses dépenses de personnel.Côté investissement, le cap est maintenu : Huit millions d’euros ont été consacrés pour équiper la Ville. Et cela sans avoir recours à l’emprunt grâce à notre niveau d’autofinancement élevé, éclaire l’élue. 

Réactions

Les républicains soulignent la bonne tenue des comptes de la Ville mais affichent leur désaccord avec les orientations de la politique générale de Rezé en s’abstenant. Les communistes demandent au Gouvernement d’arrêter de saigner les collectivités territoriales tout en rappelant le faible  niveau d’endettement de la Ville. Les socialistes  font valoir les compétences des services municipaux et leur capacité d’innovation, dans un exercice ô combien périlleux. Rezé à gauche toute ! reconnaît la bonne anticipation liée à la baisse des dotations de l’État mais appelle à faire preuve de sobriété. L’adjointe déléguée aux finances invite à ne pas opposer investissement et sobriété. Le maire rappelle que « Rezé attire de nouveaux habitants. Nous avons besoin d’investir même si nous le faisons de façon raisonnée.

 

 

EN BREF

Budget 2017 : dépenses supplémentaires

De nouvelles dépenses ont été inscrites au budget 2017. Une première pour soutenir la vie associative. « Plutôt que de créer une nouvelle fête, nous préférons aider les associations qui créent du lien social » , explique le maire, Gérard Allard. Une subvention plus importante sera accordée pour conforter des manifestations déjà existantes : la fête des Caillebottes, le festival des Agités d’la cale ou encore la fête du quai Léon-Sécher. Une enveloppe de 50 000 euros sera également ajoutée au budget 2017 pour reconduire la présence des deux médiateurs de proximité au Château. « Le quartier est l’une de nos priorités en 2017. L’enjeu est important : améliorer la qualité des vies de ses habitants » , explique le maire. Une autre nouvelle dépense concerne l’entretien des cimetières. La fréquence de passage des jardiniers sera augmentée. Une décision qui contribue à « faire des cimetières des lieux de passage et de promenade » comme le souhaite le groupe écologiste. Les élus de Rezé à gauche toute ! se sont opposés à une autre dépense : l’étude commandée à l’Auran, l’agence d’urbanisme de la région nantaise, sur l’évolution urbaine du territoire situé au nord des villes de Rezé et de Bouguenais ; un secteur comprenant notamment la ZAC des Isles. Les élus reprochent à l’agence son « manque de neutralité » . Une critique jugée « injuste » par Eric Buquen, conseiller métropolitain en charge des projets d’aménagement et d’urbanisme.

 

Trois nouveaux conseillers municipaux

Dominique Caillon, Marie Tenailleau et Blaise Clément, trois nouveaux élus au conseil municipal. (Agrandir l'image).

Dominique Caillon, Marie Tenailleau et Blaise Clément, trois nouveaux élus au conseil municipal.

Dominique Caillon, Blaise Clément et Marie Tenailleau ont fait leur entrée au conseil municipal. Les trois élus de Rezé à gauche toute ! remplacent Catherine Pajot, Emile Robert et Patrice Rodet, démissionnaires en mars dernier.

 

 

 

Formation professionnelle

La Ville de Rezé accueillera des mineurs en formation professionnelle à la direction des espaces verts et du bâti. Les élus se sont prononcés favorablement, suite à la parution d’un décret autorisant le travail des jeunes âgés de 15 à 18 ans sous certaines conditions. « Une réforme du code du travail qui va permettre aux jeunes de découvrir l’entreprise publique ou privée et valoriser le travail manuel » , se réjouit l’élu sans étiquette, Jean-Michel Laurenceau.

 

Soutien à l’international

Rezé réaffirme son soutien aux populations en grande difficulté. Une subvention exceptionnelle de 1 000 euros sera versée à l’association Cités Unies Francepour venir en aide aux habitants de Mocoa, au sud de la Colombie. En avril dernier, de violentes inondations ont causé la mort de plus de 200 personnes et des dégâts matériels considérables. La convention de partenariat avec l’association Enfants réfugiés du monde a également été renouvelée. Depuis 1982, Rezé accueille chaque année des enfants réfugiés sahraouis, explique Marie-Isabelle Yapo, conseillère municipale en charge des relations avec le Sénégal et le Sahara occidental. À la fin du conseil municipal, tous les élus se sont associés pour dénoncer le traitement réservé aux 1 800 prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. La grève de la faim illimitée entamée par ces prisonniers doit s’arrêter, demandent les élus rezéens. Nous en appelons à l’État d’Israël.

 

Nouveau mur d’escalade

L’association Rez’in et roc souhaite installer un nouveau mur d’escalade dans le gymnase des Cités-Unies. Un équipement complémentaire à celui du gymnase du Port-au-Blé pour toucher de nouveaux publics. La Ville va accompagner le club. Les élus ont voté le versement d’une subvention maximum de 34 000 euros. Le Département est également partie prenante dans le projet.

 

Le Corbusier : partenariat reconduit

La Ville a renouvelé sa convention avec l’association des sites Le Corbusier pour quatre ans. L’association avait soutenu l’été dernier l’inscription de l’œuvre architecturale de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’Unesco. Une reconnaissance qui a eu des retombées pour la Ville, a indiqué Philippe Puiroux, conseiller municipal délégué à la culture. Puisque la fréquentation de la Maison radieuse a augmenté. L’association prépare un itinéraire culturel européen valorisant l’ensemble des œuvres construites par Le Corbusier. Un projet qui pourrait voir le jour en 2018.

 

Adhésion à la Maison de l’Europe

Pour favoriser la mobilité des jeunes rezéens à l’échelle de l’Europe, la Ville a adhéré à la Maison de l’Europe. « Un acteur spécialisé qui dispose d’un réseau important, précise Stéphanie Cotrel, conseillère municipale en charge des relations avec l’Europe. Les écologistes espèrent « des projets concrets qui rapprochent les jeunesses et renforcent le sentiment européen » . Rezé à gauche toute ! préfère s’abstenir au regard de « la vision européenne pro-libérale du conseil d’administration de l’association » . Le maire rappelle « l’intérêt de s’appuyer sur l’expertise de l’association dans le cadre de notre politique jeunesses » .

Commentaire(s)

Contact

Le registre complet des délibérations est consultable en mairie.

Informations : 
Tél. +33 (0)2 40 84 43 84                   
Formulaire de contact