Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Conseils municipaux > Comptes rendus > Agir pour la tranquillité publique

Agir pour la tranquillité publique

Publié le 3 octobre 2017

La Ville conforte son action en matière de tranquillité publique. Un plan de 30 propositions a été voté au conseil municipal le 29 septembre dernier. Avec trois axes : la prévention, la médiation et la surveillance.

Le moment est venu de prendre des décisions pour améliorer la sécurité et rassurer nos concitoyens, annonce le maire, Gérard Allard, le 29 septembre lors du conseil municipal. Les habitants doivent vivre dans un territoire apaisé et sécurisé. Les élus ont adopté 30 propositions concrètes en matière de tranquillité publique. Un engagement de campagne et une réponse face aux inquiétudes des Rezéens. La délinquance n’est pas en aggravation à Rezé, précise le maire. Mais le sentiment d’insécurité progresse à l’échelle de la métropole et plus largement de notre pays. L’équipe municipale veut donc agir en tenant compte de l’histoire de la ville et des mutations de la société : la prévention et la médiation seront privilégiées.

Pas de police municipale, la vidéoprotection en expérimentation

Étudiée par les élus, la mise en place d’une police municipale à Rezé n’a pas été retenue. Nous n’irons pas sur le champ régalien de la sécurité publique, affirme Christian Brochard, premier adjoint au maire, en charge de la sécurité et de la tranquillité publique. C’est le rôle de l’État. D’autant que le Gouvernement a annoncé le retour de la police de proximité. En revanche, Rezé va tester la vidéoprotectionElle sera expérimentée sur certains espaces publics sensibles dans le cadre du projet métropolitain. Un comité d’éthique et une charte déontologique seront mis en œuvre afin de garantir le respect des libertés individuelles. Les citoyens pourront y prendre part. Un centre de supervision mutualisé entre la Métropole et les communes de l’agglomération qui le souhaitent va voir le jour. 

Présence et partenariats renforcés, qualité de vie améliorée

Les agents de surveillance et de médiation seront davantage présents dans l’espace public. L’action de la Ville doit être plus visible auprès des Rezéens et auprès de nos partenaires, indique Christian Brochard. Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance sera réactivé, les liens avec la Maison de la justice et du droit renforcés. Pour une meilleure coordination entre tous les acteurs. Parmi les propositions du nouveau plan d’actions, plusieurs concourent à rendre l’espace public plus agréable. Améliorer la sécurité ne suffit pas à se sentir bien à Rezé, souligne le maire. Il faut aussi pouvoir se déplacer et se stationner facilement, avoir des espaces verts pour se poser, respirer, jouer, et pouvoir aller aux toilettes publiques ou se connecter.

Réactions

Les républicains préconisent la mise en place d’un réseau de police métropolitaine. Les communistes soulignent que les 30 actions participent au bien vivre ensemble. Un outil essentiel pour faire reculer l’insécurité réelle.  Les écologistes s’opposent à de nouvelles poches de stationnement public et à l’installation de caméras dans l’espace public. Rezé à gauche toute ! juge la vidéoprotection précipitée et demande à approfondir la réflexion. Les socialistes soulignent le caractère ambitieux du plan d’actions. Le maire rappelle l’importance de cette délibération pour répondre aux attentes des Rezéens. Trente-deux voix se sont exprimées pour. Les trois élus de Rezé à gauche toute ! ont voté contre. Deux écologistes se sont abstenus, deux ont voté contre.

 

EN BREF

Aide d’urgence

Les élus ont voté une aide d’urgence de 2 000 euros pour soutenir les habitants des îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy. Début septembre, 95% du territoire a été détruit après le passage de l’ouragan Irma. 

 

Convention avec Ecopôle

La convention pluriannuelle avec Ecopôle a été renouvelée pour trois ans. Acteur engagé dans le développement durable, l’association Ecopôle assure des missions d’information, d’animation et d’accompagnement auprès des Rezéens. 

 

Terrains provisoires pour les Roms

Deux terrains sont en cours d’aménagement à Basse-Ile et au Vert-Praud. Courant octobre, 30 familles roms s’y installeront pour une durée maximale de deux ans. Une redevance mensuelle leur sera demandée. Le montant du loyer est compris entre 10 et 80 euros en fonction du quotient familial. LaVille finance pour moitié l’aménagement des terrains. « Le Département nous accompagne fortement, indique le maire, Gérard Allard. Nantes Métropole aussi à travers un fonds de concours. À cela s’ajoute une réserve parlementaire. » Le conseil municipal a par ailleurs accordé une subvention de 15 000 euros à l’association Comige (Collectif migrants européens) pour l’achat de caravanes. « L’association en a récupéré 22 grâce à l’appel au don lancé cet été. Il en manque encore une vingtaine » , précise Loïc Chusseau, adjoint au maire délégué aux solidarités. En juin 2016, la Ville s’est engagée à améliorer les conditions de vie des familles roms installées à Rezé avant mars 2015. Dix actions proposées par la conférence citoyenne sont mises en œuvre. Parmi elles : la création de terrains aménagés. « Notre initiative vient aujourd’hui enrichir une réflexion plus large menée à l’échelle de l’agglomération » , conclut le maire.  

 

Convention avec les écoles privées

La Ville verse chaque année une subvention aux écoles privées Notre-Dame et Sainte-Anne Saint-Joseph. La convention a été renouvelée jusqu’en 2021. Les élus de Rezé à gauche toute ! prônent la disparition progressive de cette subvention. Christine Coutant, adjointe au maire déléguée à l’éducation, rappelle que les établissements publics de la Ville ne pourraient pas accueillir tous les enfants vivant à Rezé.

 

Rezé Seniors

En raison de nouvelles actions pour lutter contre l’isolement des personnes âgées, l’association Rezé Seniors va bénéficier de moyens supplémentaires. Du personnel communal sera mis à sa disposition. L’association a développé de nouvelles animations durant l’été. Elle va également poursuivre les actions proposées par l’association Liens croisés contrainte d’arrêter son activité.

 

Vœux

Plusieurs vœux ont été formulés par les différents groupes politiques. Pour libérer le Franco-palestinien Salah Hamouri détenu par les autorités israéliennes. Pour rejeter l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (CETA) entré en application « provisoire » depuis le 21 septembre. Pour pallier les conséquences de la fermeture de la Trésorerie de Bouaye. Pour revaloriser le point d’indice des fonctionnaires qui détermine leur niveau de rémunération.

Commentaire(s)