Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > Archives > Octobre 2014 > Amicales et laïques : comme leur nom l'indique !

Amicales et laïques : comme leur nom l'indique !

Publié le 9 octobre 2014

Un Rezéen sur dix est adhérent de l'une ou l'autre des cinq amicales laïques de la ville.

Anciens de l'AEPR et écoliers sur le même bateau. (Agrandir l'image).

Anciens de l'AEPR et écoliers sur le même bateau.

 

Adossées aux écoles publiques, les amicales laïques rezéennes initient ou participent aux événements qui ponctuent la vie des quartiers. Arbres de Noël, galas et spectacles de leurs différentes sections, vide-greniers, carnavals... et bien sûr la traditionnelle fête de l'école : autant d'occasions de rencontres, d'échanges et de partage. Tout au long de l'année, les amicales assurent, avec le soutien de l'Ufolep (Union française des oeuvres laïques d'éducation  physique), les séances de « l'école du sport » qui fait découvrir aux enfants les différentes pratiques et les règles essentielles du sport, en mettant l'accent sur l'esprit d'équipe et l'aspect ludique plus que sur la compétition. Elles  proposent aux adultes et aux enfants quantité d'activités de loisirs sportives et culturelles. Adhérentes de la fédération des amicales laïques, elles bénéficient des services offerts par cette structure : formations, conseil juridique, mise à disposition d'animateurs diplômés...

Née en 1930, l’AEPR est l’aînée

Lors de l'année scolaire 2013-2014, les élèves de CM1 de Salengro et les anciens de l'AEPR ont construit une maquette réplique de la Pinta de Christophe Colomb. (Agrandir l'image).

Lors de l'année scolaire 2013-2014, les élèves de CM1 de Salengro et les anciens de l'AEPR ont construit une maquette réplique de la Pinta de Christophe Colomb.

À Rezé la plus ancienne amicale reste connue sous le sigle AEPR, comme « Anciens élèves de Pont-Rousseau », qui rappelle son origine, puisqu'elle fut fondée en 1930 par trois anciens élèves de l'école publique de garçons de  Pont-Rousseau. L'AEPR compte aujourd'hui près de 1 800 adhérentsAu fil du temps et des évolutions de la société, animés toujours par le souhait de favoriser les rencontres et les échanges, nous avons élargi les activités, explique Maryvonne Neau, présidente : musique, théâtre, réunions-débats, danse, tennis de table, football, gymnastique, natation... Les « anciens » ne sont pas oubliés, loin de là : échecs, rando, tennis de table, activités avec les enfants de l'école Salengro : halte à la solitude ! Une chorale adultes s'ajoute à ce panel cette année.

 

Six ans plus tard : le Cepal

Tous les ans, le Cepal participe à la Fête de la musique. (Agrandir l'image).

Tous les ans, le Cepal participe à la Fête de la musique.

L’amicale existe depuis 1936 sous le nom d’association des anciens élèves des écoles publiques de Rezé-Centre puis celui d’amicale, enfin celui de Cepal Rezé-centre. Près de la mairie, le Centre d'éducation populaire amicale laïque  (Cepal) est propriétaire d'une belle salle, bâtie dans les années 1960 par les bénévoles, sur un terrain offert par un membre de l'association, Jean-Baptiste Marchais, dont elle porte le nom. Elle a occasionnellement la jouissance du terrain annexe, un pré ombragé propice aux animations estivales. Fidèle à cette générosité initiale, l'amicale se déploie tous azimuts pour les enfants et les familles : accompagnement scolaire avec pédibus et goûter, école du sport, initiation au piano, tennis de table et jeux de société mais aussi marché des saveurs et marché des créateurs, vide-grenier, concours de belote figurent au menu des réjouissances proposées :  Et nous sommes impliqués dans à peu près tout ce qui se passe dans le quartier ! Fête des écoles, fête de la musique… , sourit Fabienne Guéno, présidente.

1959, apparaît Houssais-Chêne-Creux

Les membres du bureau de l'amicale Houssais-Chêne-Creux au Forum des associations. (Agrandir l'image).

Les membres du bureau de l'amicale Houssais-Chêne-Creux au Forum des associations.

Depuis 1959, l'amicale Houssais-Chêne-Creux est, comme l'affirme son président Yannick Bachelier,  mobilisée par la volonté de partager des valeurs de défense de l'école publique et de la laïcité, et de favoriser l'échange intergénérationnel . Ceci en soutenant financièrement les projets d’écoles (sorties, classes de mer, de neige…) et en multipliant les choix d'activités pour tous les goûts et tous les âges : échecs, yoga, VTT, danse, arts plastiques, gym-fitness, poterie-céramique, tennis de table, danse, soirées... Dans ce quartier encore, ne s'ennuie que celui qui en a envie ! Ce qui n'est pas le choix des quelque 400 adhérents de l'association...

L'Alod se fonde en 1960

A l'Alod, la présidence s'exerce en trio : Jean-Luc Niel, Philippe Faure et Emmanuelle Bron. (Agrandir l'image).

A l'Alod, la présidence s'exerce en trio : Jean-Luc Niel, Philippe Faure et Emmanuelle Bron.

Née en 1960, l'amicale laïque de l'Ouche-Dinier, l'Alod, est pourvue d'un bâtiment monté par les pionniers amicalistes. La salle qui jouxte l'école est très utilisée par quelque 900 adhérents dont 200 enfants. Ses trois coprésidents,  fervents militants de l'éducation populaire, ne ménagent pas leurs efforts pour multiplier les offres : danse, taiji quan, aquagym, yoga, qi gong, basket, et maintenant marche nordique, zumba et danse en ligne sont au menu des activités sportives. Côté culture et bien-être, on peut pratiquer l'anglais, la sophrologie, les arts plastiques, le théâtre enfants et adultes...

Enfin, la benjamine, Château-Sud née en 1995

L'amicale laïque Château-Sud réunit 73 adhérents. (Agrandir l'image).

L'amicale laïque Château-Sud réunit 73 adhérents.

La petite dernière, dynamique, est centrée sur l'école du Château-Sud où elle a été créée par des parents d'élèves et des enseignants il y a 19 ans. Elle réunit 73 adhérents. Dominique Avril, instituteur et actuel président, fait partie de l'amicale depuis sa création :  Ce qui est fondamental c’est le fonctionnement collectif et démocratique de l'amicale grâce notamment au rôle prépondérant donné au conseil d’administration et aux différents groupes de travail. Tout aussi primordiale, l’ouverture. L’ouverture aux autres :  Nous avons mis en place un atelier langue des signes et un café culture maghrébin. Le prochain sera japonais.  L’ouverture au quartier :  Le carnaval des deux écoles du Château en est un exemple.  Nombreuses activités culturelles, artistiques, sportives s’adressent aux enfants et aux familles. Et les festivités organisées au long de l'année financent les projets d'école : classes de mer, de neige.

Avis aux amateurs

Les amicales sont à l'écoute des envies et des idées qu'elles peuvent aider à concrétiser et, de l'avis de tous les membres actifs,  donner de son temps pour les autres, c'est extrêmement enrichissant. On y gagne beaucoup plus que ce que l'on investit !