Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > Archives > Novembre 2014 > « Tourisme : il y a une carte à jouer ! »

« Tourisme : il y a une carte à jouer ! »
Thème : Démocratie participative

Publié le 26 novembre 2014

Le Conseil économique et social communal vient de rendre un avis sur le tourisme à Rezé.

Après un an de travail, les membres du CESC rendent leur avis sur la question du tourisme à Rezé. (Agrandir l'image).

Après un an de travail, les membres du CESC rendent leur avis sur la question du tourisme à Rezé.

Rezé a énormément d’atouts touristiques mais ils sommeillent.  C’est la conclusion à laquelle arrivent les membres du Conseil économique et social communal qui, à la demande de la municipalité, se sont penchés durant un an sur la question du tourisme à Rezé.

Les ruelles trentemousines. (Agrandir l'image).

Les ruelles trentemousines.

A la question « y aurait-il un profil type ? » Oui, selon le CESC :  Le touriste arrive par le navibus, mange dans un restaurant avant de visiter les ruelles trentemousines  . Très vite, leur enquête dresse le village de Trentemoult ( qui n’est pas nantais ! ) et la Maison radieuse comme des  aimants  à touristes. Mais au-delà ?  Il existe des lieux ayant un fort potentiel : la Sèvre, le site archéologique de Saint-Lupien, le futur Centre d’interprétation et d’animation du patrimoine (Ciap), la Maison du développement durable, les venelles de Pont-Rousseau, les maisons Castor de Claire-Cité… Ce sont des sites à valoriser  , déclare Christian Siguié.

Les hirondelles : de bon augure

Un bateau de type hirondelle accoste à la Morinière en provenance de Vertou.

Légende de l'image : Un bateau de type hirondelle accoste à la Morinière en provenance de Vertou.

Entre Nantes et Vertou, une Sèvre navigable est à imaginer. De là à penser au retour des hirondelles (bateaux de promenade).  Il faut s’en inspirer , répond Yves Madeline.  Et valoriser les bords de Sèvre avec le retour de guinguettes, de restaurants, d’aménagement de circuits vélo ou piéton conduisant jusqu’au vignoble.

Le CESC égrène d’autres pistes :

  • une ligne verte qui relierait les sites touristiques comme celle du Voyage à Nantes,
  • des QR codes qui donnent accès à des informations via un smartphone,
  • des pousse-pousse pour transporter des passagers de Trentemoult à la Maison du développement durable qui serait dotée d’un mur végétal,
  • une communication renforcée,
  • des greeters (guides bénévoles),
  • du tourisme d’affaire…

Enfin,  la mise en place d’un office de tourisme de Nantes Métropole (qui a la compétence tourisme) ou du moins une antenne au point de départ, à Trentemoult  . Et les membres du CESC de répéter en chœur :  Il y a une carte à jouer !

Dominique Poirout, adjointe en charge du tourisme

A nous tous, élus de Rezé, habitants, commerçants, acteurs économiques de nous emparer de ce développement touristique. Prenons exemple sur ces habitants, qui suite aux ateliers des conseils consultatifs de quartiers, vont faire découvrir leurs quartiers à Pont-Rousseau et Rezé-Hôtel de ville. C’est une forme de tourisme participatif. Saisissons-nous du Débat Loire pour faire des propositions (www.nanteslaloireetnous.fr ). Avec Nantes Métropole, nous réfléchissons au rayonnement de nos sites remarquables. Concernant la Sèvre, de nouveaux aménagements pourraient être étudiés en s’appuyant par exemple sur des partenariats et en veillant à ce que tout le monde s’y retrouve ; les familles, les ados, les promeneurs du dimanche…. Il nous faut viser plus de bien-être. Nous sommes les premiers touristes de notre ville.