Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > Archives > Janvier 2017 > Portraits de « Migrantes » à la Maison du DD

Portraits de « Migrantes » à la Maison du DD
Thème : Exposition

Publié le 30 janvier 2017

Du 1er février au 22 mars, la Maison du développement durable accueille l’exposition « Migrantes ». Un voyage photographique et sonore au cœur de la migration… féminine.

Une traversée photographique et sonore sur la migration au féminin proposée par Anne Groisard. (Agrandir l'image).

Une traversée photographique et sonore sur la migration au féminin proposée par Anne Groisard.

Les migrantes doivent comprendre que la vie ne sera pas ce à quoi elles rêvent.  Olinda Bravo sait de quoi elle parle. Comédienne dans une ONG (Organisation non gouvernementale) au Nicaragua après avoir enchaîné des petits boulots pour payer ses études, elle perd son emploi. La crise fait rage. Elle laisse ses cinq enfants derrière elle, et part, le cœur déchiré, au Costa Rica, « loin d’être un Eldorado ». C’est le commencement du pire. Son visa de tourisme expiré, désormais sans papiers, elle devient victime d’esclavage domestique.

Douze histoires à regarder, lire et écouter

C’est en 2008, sur un stand de défense des droits des Nicaraguayennes qu’Anne Groisard,  Rezéenne d’adoption et vagabonde au long cours, croise le regard d’Olinda, la photographie et récolte sa parole. Le premier des 34 portraits qui constituera « Migrantes ». Un livre d’histoires contemporaines conjuguées au féminin,  car les oubliées de ces migrations , publié en 2013. Douze de ces 34 destins de femmes, âgées de 20 à 70 ans, forcées ou non à quitter leur pays, sont à découvrir à la Maison du développement durable. A l’occasion de l’exposition éponyme, enrichie de témoignages sonores et reportages audios.

Provoquer la parole

Anne Groisard aura parcouru six pays (Costa Rica, République Dominicaine, Canada, France, Belgique, Espagne). Pour  montrer le visage de la migration dans sa toute pluralité ; ethnique, religieuse, géographique, sociale. Et de tordre le cou aux préjugés :  On peut tous être migrants. Il faut juste ouvrir les yeux, redéfinir ce qu’est un migrant. Il peut être blanc, être issu de l’aristocratie, comme Milet,  que l’on prend pour une touriste ! Et ainsi provoquer la parole. Pari réussi pour Anne, qui se considère  migrante à part entière . Malgré les apparences !

 

« Migrantes », exposition  du 1er février au 22 mars, agrémentée d’animations et de jeux pour les petits et les grands.

 « Migrantes, un jour, toujours ? », lecture d’Anne Groisard, mercredi 8 mars à 16h, à l’occasion de la Journée de la femme.

A la Maison du développement durable, au 50, rue du Château-Rezé,

Plus infos : 02 40 13 44 10            . 

Commentaire(s)