Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > Archives > Décembre 2013 > L’école Château-sud dessine pour l’IFMTS

L’école Château-sud dessine pour l’IFMTS

Publié le 20 décembre 2013

Durant deux jours, les CM2 de l’école Château-sud se sont initiés au dessin, avec Chourouk Hriech. L’artiste qui réalise une fresque pour l’ Institut de formation des travailleurs sociaux, (IFMTS) intégrera leurs croquis à son œuvre.

Les élèves de CM2 de l'école Château-Sud, attentifs aux explications de la plasticienne Chourouk Hriech.

Légende de l'image : Les élèves de CM2 de l'école Château-Sud, attentifs aux explications de la plasticienne Chourouk Hriech.

Pas de gomme, ni de blanco. Ici, l’erreur est tolérée, elle est même souhaitée. « Pour apprendre, il faut savoir se tromper ». Au tableau,  un professeur un peu particulier donne les consignes lundi 16 et mardi 17 décembre. Formée à l’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon et désormais installée à Marseille, Chourouk Hriech est une artiste plasticienne dont la spécialité est le dessin monochrome. Et si l’artiste investit la classe de CM2 de l’école Château-sud pour les initier à son art, c’est pour impliquer les jeunes habitants du quartier à son projet artistique. Elle a en effet été choisie par la région des Pays de la Loire pour la réalisation d’une fresque murale pour l’Institut de formation des travailleurs sociaux, (IFMTS) actuellement en construction, aux Bourderies, face à la Maison radieuse.

Il me semble important que les habitants puissent s’approprier les œuvres culturelles qu’ils seront amenés à côtoyer, et encore plus les jeunes. J’aime l’idée que dans cinq, dix ans, quand ils passeront devant l’institut, ils pourront se dire qu’ils ont participé à cette création , explique la jeune femme.

Formée à l’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon, Chourouk Hriech travaille essentiellement à partir du dessin monochrome.

Légende de l'image : Formée à l’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon, Chourouk Hriech travaille essentiellement à partir du dessin monochrome.

En attendant, l’artiste attend d’eux qu’ils dessinent leurs quartiers, esquissent leurs maisons et livrent leurs représentations de l’habitat rezéen. La matière issue de cet atelier artistique nourrira le travail de l’artiste. Dans mon travail, je débute toujours par une observation de la ville, des paysages. A Rezé, ce qui m’a marqué c’est la pluralité architecturale et culturelle. C’est cette richesse que je vais reproduire dans ma fresque.

Une œuvre à découvrir courant juin. Installée sur le mur de l’amphithéâtre, elle sera aussi bien visible de l’intérieur par les étudiants amenés à fréquenter les lieux que de l’extérieur par les passants.