Ville de Rezé

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > La Ville à l’écoute des seniors

La Ville à l’écoute des seniors

Publié le 21 novembre 2017

En 2018, la Ville va lancer une grande concertation auprès des seniors. En s’appuyant sur un réseau national engagé en faveur du bien-être des aînés. Au conseil municipal de novembre, les élus ont voté l’adhésion à la démarche « Villes amies des aînés ».

Seniors-800 (Agrandir l'image).

En 2018, la Ville va réaliser un diagnostic pour prendre la mesure des nouveaux besoins des seniors.

Nous l’avions annoncé en début de mandat, rappelle le maire, Gérard Allard, au conseil municipal le 17 novembre 2017. Après la jeunesse et la petite enfance, notre attention se porte désormais sur les seniors.Rezé compte aujourd’hui environ 10 130 personnes âgées de 60 ans et plus, soit 23% de la population.En 2027, elles représenteront 27% des Rezéens, puis 29% en 2037*, souligne Véronique Charbonnier, adjointe au maire en charge des personnes âgées. Une transition démographique particulièrement rapide à Rezé qui nous pousse à préparer notre collectivité au défi du vieillissement.

Villes amies des aînés

Au niveau national, le réseau Villes amies des aînés est déjà engagé dans l’amélioration du bien-être des seniors, indique Véronique Charbonnier.Il regroupe aujourd’hui 98 communes et établissements publics de coopération intercommunale. Dont Rennes Métropole, Nantes et Saint-Sébastien. Rezé va s’associer à la démarche. L’adhésion au réseau a été actée en conseil municipal. C’est le point de départ de la réflexion que nous allons mener avec les seniors, les autres habitants et les acteurs locaux dès le mois de mars. L’objectif : prendre la mesure des besoins. À l’issue de ce diagnostic, nous élaborerons un plan d’actions. Il sera mis en œuvre courant 2019.

Conseil unanime

L’adhésion au réseau Ville amie des aînés a recueilli l’ensemble des voix au conseil municipal, y compris celles de l’opposition. Rezé à gauche toute ! souligne que des initiatives positives sont nées du travail collectif et transversal des différents acteurs du réseau. Les républicains soutiennent une politique en faveur de l’inclusion de nos aînés mais restent dubitatifs sur l’efficience de cette démarche. Le maire propose de créer un comité de suivi dans lequel toutes les sensibilités politiques seraient représentées. Une proposition acceptée par l’ensemble des élus.

* Source : Centre d’observation et de mesure des politiques d’action sociale (Compas)

 

EN BREF  

Métropole dynamique

« Notre métropole est à la fois innovante, créative, attractive et rayonnante » , expose Jacques Garreau, maire de Bouaye venu présenter le rapport d’activités 2016 de Nantes Métropole. Avant d’ajouter : « C’est aussi une métropole du bien-vivre ensemble et de la solidarité, engagée pour la transition écologique et énergétique. » ; prenant de nombreux exemples pour appuyer son propos. Côté finances, les feux sont au vert : « Nantes Métropole a su faire face aux baisses de dotations de l’État » tout en continuant à investir. Au sein du pôle Loire, Sèvre et Vignoble, « 6,07 millions d’euros ont été investis l’an dernier » , ajoute Eric Buquen, conseiller métropolitain en charge de l'aménagement et de l’urbanisme. Des dépenses liées à la voirie, l’assainissement, l’habitat, l’environnement ou encore le développement économique. Les communistes soulignent « la capacité de la Métropole à relever de nouveaux défis » . Les écologistes mentionnent sa « bonne gestion » . Les républicains dénoncent, quant à eux, « les difficultés engendrées par l’attractivité de la métropole notamment liées aux déplacements » . Jacques Garreau rappelle que « l’attractivité n’est pas un gros mot, bien au contraire. On ne va pas regretter l’époque où Nantes était qualifiée de belle endormie. »

Consulter le rapport d’activités 2016 de Nantes Métropole :

 

Halle de la Trocardière

La société Nantes Gestion Équipements (NGE) assurera la gestion de la Halle de la Trocardière pour le compte de la Ville jusqu’au 1er juillet 2018. La délégation de service public est prolongée de six mois, indique Christian Brochard, premier adjoint au maire en charge des formalités administratives. D’une part, pour pouvoir accueillir les manifestations déjà programmées au premier semestre 2018 dont le salon Natura. D’autre part, pour préparer la requalification de l’équipement en salle sportive. Des travaux seront réalisés l’été prochain. Une solution pour répondre aux besoins des clubs sportifs. Et arrêter de dépenser chaque année 340 000 euros pour l’équipement en déficit, souligne le maire, Gérard Allard. Une saine décision selon Les républicains qui votent néanmoins contre, faute de précisions sur le montant versé à NGE dans le cadre de la prolongation. Un élu de Rezé à Gauche toute ! s’oppose également à cette décision.

 

Soutien à la résidence Plancher

Une subvention de 11 000 euros sera versée à l’Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Plancher. La résidence a dû engager des travaux suite à la présence de légionnelle détectée dans son réseau d’eau chaude sanitaire. Des frais importants supportés par l’association gestionnaire de l’équipement appartenant à la Ville.

 

2017 : moins de dépenses que prévues

Les crédits mobilisés pour le budget 2017 sont revus à la baisse. Nous avions anticipé une baisse de la dotation de solidarité urbaine qui n’a pas eu lieu, explique Anaïs Gallais, adjointe au maire en charge des finances. Nous avons également enregistrés des recettes supplémentaires pour certains projets : des subventions ont été obtenues pour la création du multi-accueil au Chêne-Gala ou l’aménagement de deux terrains conventionnés pour les Roms.

 

Maison des arts plastiques : projet en discussion

La parcelle appartenant à la Ville rue du chemin de l’Oseraie à Trentemoult est mise en vente. La maison située sur le terrain était occupée par l’association artistique Artitillerie. « Le lieu n’est pas adapté pour accueillir du public, précise le maire. Un bail précaire avait été conclu avec l’association. Elle sera relogée rue Emile-Zola dans des locaux plus grands. » En septembre, un collectif d’artistes a vu le jour pour maintenir le lieu et y créer une « Maison des arts modestes ». Un projet qui intéresse la Ville, « mais pas ici, ajoute le maire. Il manque à Rezé un lieu dédié aux arts plastiques. Nous sommes prêts à ouvrir la discussion avec le collectif pour coconstruire un projet à l’échelle de la ville. Il pourrait voir le jour fin 2018. » Rezé à gauche toute ! regrette la vente de cette parcelle, invoquant « un nouveau loupé démocratique » . Les trois élus se sont prononcés contre. 

Montée en ligue 2

Depuis la rentrée, le Basket Club Saint-Paul (BCSP) est passé de la Nationale 1 à la Ligue 2 féminine. Une ascension ayant des conséquences sur la gestion du club rezéen. La Ville apporte son soutien au BCSP : une avance de fonds de 30 000 euros, sollicitée par le club, lui est accordée. 

Emplois aidés

Les élus ont affirmé leur opposition à la suppression massive et brutale d’emplois aidés annoncée par le Gouvernement. Une décision qui mettrait en péril le secteur associatif, ses salariés et ses bénévoles. Le conseil municipal appelle l’exécutif à revenir sur cette annonce.

Hommage à Françoise Héritier

Les élus ont salué le parcours de Françoise Héritier, anthropologue, ethnologue et féministe française, décédée le 15 novembre dernier. Une femme qui se caractérisait par la puissance de sa douceur, souligne Charlotte Prévot, conseillère municipale déléguée à la lutte contre les discriminations. Elle avait cette stratégie pour mener des combats sans négociation avec une bienveillance extrême.

Commentaire(s)